Élections générales: les conseillers du Premier ministre identifient «le moment idéal»

Avec le soutien de
Lors de leurs rassemblements respectifs du 1er-Mai, Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval ont annoncé que le scrutin devrait avoir lieu l’année prochaine. Pravind Jugnauth a, lui, tenu un autre discours.

Lors de leurs rassemblements respectifs du 1er-Mai, Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval ont annoncé que le scrutin devrait avoir lieu l’année prochaine. Pravind Jugnauth a, lui, tenu un autre discours.

«Éna dimounn gramatin tanto pé rev éleksion.» Pourtant, les élections législatives, insiste Pravind Jugnauth, ce n’est pas pour de sitôt. C’est ce qu’il a fait comprendre hier, vendredi 4 mai, lors de l’inauguration du nouveau marché de St Pierre. Alors que l’opposition ne cesse de clamer que «les élections sont derrière la porte», la question se pose : quand se tiendront-elles au juste ?

Le Parlement devra être dissous automatiquement le 21 décembre 2019, soit cinq ans après la première session de cette présente assemblée (NdlR, elle a eu lieu le 22 décembre 2014). N’empêche, le gouvernement n’est pas obligé, selon les dispositions de la Constitution, de tenir les élections cette année-là. Un proche du gouvernement soutient qu’elles auront lieu en 2020. D’ailleurs, selon une source officielle, les élections générales devraient se tenir 150 jours, au grand maximum, après la dissolution du Parlement.

«Historiquement, le Parlement n’a jamais été dissous automatiquement. Il est probable que ce sera fait bien avant le 21 décembre 2019», déclare  notre source. Selon elle, les conseillers du Premier ministre auraient déjà identifié le moment idéal pour tenir les élections générales.

La période janvier à mars 2020 aurait été écartée, en raison de la saison cyclonique. Les élections générales pourraient donc se tenir entre avril et mai 2020. «La date limite pour les élections est la mi-mai 2020 si le Parlement est dissous en décembre 2019.»

Cependant, avec les différents scandales qui ont éclaboussé le gouvernement, le Premier ministre voit sa marge de manœuvre écornée face à l’électorat. Dans son entourage, on affirme que Pravind Jugnauth misera sur plusieurs projets d’infrastructures. L’idéal pour l’alliance MSM-Muvman Liberater (ML) serait l’ouverture de l’autopont de Phoenix, de même que celle du pont reliant Coromandel à Sorèze, avant les élections générales.

Cependant, l’argument principal pendant la campagne électorale reposera sur le Metro Express. L’équipe proche de Pravind Jugnauth souhaite que ce mode de transport soit opérationnel fin 2019, afin de séduire l’électorat. D’ailleurs, lors du meeting du 1er-Mai, le Premier ministre a qualifié ces trois projets de «développements d’infrastructures sans précédent». On affirme même qu’il met sans cesse la pression sur ses ministres et collaborateurs pour la mise en opération de ces projets avant 2020.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires