Quartier-Militaire–Moka: le tour de force du PTr dans le bastion du Premier ministre

Avec le soutien de
C’est devant une foule compacte que Navin Ramgoolam a pris la parole au Mohit Hall, à St-Pierre, hier, vendredi 4 mai.

C’est devant une foule compacte que Navin Ramgoolam a pris la parole au Mohit Hall, à St-Pierre, hier, vendredi 4 mai.

La circonscription n°8, Quartier-Militaire–Moka, s’est revêtue de rouge hier après-midi, vendredi 4 mai. Le PTr et le MSM se sont affrontés dans le bastion de Pravind Jugnauth, à St-Pierre. Les rouges ont tenu un congrès au Mohit Hall alors que le Premier ministre, accompagné de son état-major, a procédé à l’inauguration du nouveau marché à la gare. Si les deux camps ont pu mobiliser leurs partisans, la balance a penché en faveur des travaillistes.

17 h 30. Le bruit des tambours se fait entendre bien avant l’arrivée au Mohit Hall. La circulation est perturbée et pour cause, la salle est pleine à craquer avant même le début du congrès. Même la cour de la salle n’arrive pas à contenir la foule de partisans mobilisés pour l’événement.

Certains se résignent à rester sur la route pour écouter les discours. Alors que Kalyanee Juggoo prend la parole, le flux de partisans est toujours constant, et la police tente tant bien que mal de libérer les voies pour le passage des véhicules.

Vingt minutes plus tard, les officiers sont dépassés... Les tambours sont dans la rue, des partisans du n° 14, Savanne–Rivière-Noire, ne pouvant pas accéder à la salle, dansent et scandent des slogans.

Alors que Tassarajen Pillay succède à la secrétaire du parti au micro, des partisans vont prêter main-forte aux policiers. La foule continue à grossir, les slogans sont de plus en plus persistants. Si certains se contentent d’un bout de trottoir, d’autres rouspètent de ne pas pouvoir au moins voir les orateurs alors qu’ils ont fait le déplacement pour cela.

Au sein de chaque groupe, la question de la foule du MSM est présente. «Komié dimounn ou krwar zot kav améné pou enn bazar? Isi enn kongré, bizin éna plis non?» demande Rishi lorsqu’il est questionné sur le congrès, comme pour se rassurer lui-même.

«Bann parti-la abitié fer meeting isi, mé bien rar gagn sa kantité dimounn-la dan hall.»

Les commerçants du coin sont tout aussi contents que l’état-major du parti. Ce n’est pas tous les vendredis qu’ils font un tel chiffre d’affaires. «Bann parti-la abitié fer meeting isi, mé bien rar gagn sa kantité dimounn-la dan hall», analyse un boutiquier. Son fils acquiesce. Sans vouloir dévoiler sa couleur politique, le jeune homme affirme qu’une

telle foule de l’opposition dans la circonscription du Premier ministre est inattendue. Son analyse ? Il préfère ne pas en parler.

Deux cents mètres plus loin, l’avenue principale menant à la gare est bordée du quadricolore. La foule est aussi présente, mais se montre plus calme. Assis sous un chapiteau, le public écoute Yogida Sawmynaden vanter les mérites du nouveau marché et Fazila Jeewa-Daureeawoo parler des permis de construction. La cérémonie est entrecoupée de danses et de chants.

«Isi éna konser, samem nou’nn vini ek bann fami. Tamtam-la lor lasenn, pa dan lafoul.»

Pas d’ambiance de meeting, même si quelques usagers de la gare, intrigués par le mouvement inhabituel, se joignent à la foule pour profiter du spectacle. «Isi éna konser, samem nou’nn vini ek bann fami. Tamtam-la lor lasenn, pa dan lafoul», rétorque une habitante lorsque le sujet de la guerre des chiffres est abordé.

Faut-il que Pravind Jugnauth se lève afin de prendre la parole pour que ses partisans scandent «Pravind nou lavenir» et l’applaudissent chaudement. Lorsque le Premier ministre visite le nouveau marché, la foule se dissipe vite, laissant Chintamunnee Rajkamal entonner son tube Kaamkarwa devant un public clairsemé.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires