Développement: Terra bouge dans l’immobilier

Avec le soutien de
Nicolas Maigrot, Managing Director, Louis D. Koenig, Head Management & Admin., et Henry Harel, Group Chief Finance Officer.

Nicolas Maigrot, Managing Director, Louis D. Koenig, Head Management & Admin., et Henry Harel, Group Chief Finance Officer.

La construction de la Smart City de Terra débute en 2019. Cette ville sera dotée d’un centre commercial qui prévoit une clientèle de 32 000 personnes, principalement des habitants du Nord.

Faire face à l’adversité en se diversifiant. Le groupe Terra ne se décourage pas après avoir enregistré une baisse de revenus de Rs 123,9 millions en 2017 comparée à 2016. À Beau-Plan, où se trouve le siège du groupe, même si le faible prix du sucre est derrière ce manque à gagner, on n’en fait pas un drame. La compagnie préfère se diversifier en investissant dans l’immobilier. L’annonce a été faite hier, lors de la présentation des résultats financiers du groupe pour l’année 2017 à l’Aventure du sucre.

La filière immobilière a ainsi volé la vedette aux autres segments tels que la production du sucre et de l’énergie, celle de boissons alcoolisées et la distribution commerciale, ainsi que la branche financière du groupe. Le projet qui domine tous les autres est la Smart City de Beau-Plan, décrite comme «le cœur de notre développement», par Nicolas Maigrot, Managing Director de Terra.

Pour cause: le groupe est parvenu à relever un défi de taille lorsqu’il a envisagé de doter cette partie de l’île d’une ville intelligente sur une superficie de 228 hectares. Le principal attrait de ce projet immobilier sera l’aménagement d’un centre commercial de 11 000 mètres carrés avec des possibilités d’extension.

Supermarchés intéressés

Selon Nicolas Eynaud, Real Estate Development Executive de Novaterra, nouvelle identité du pôle immobilier du groupe, une étude de marché a démontré que les propriétaires de supermarchés sont intéressés à s’y installer. Le complexe sera caractérisé par son architecture qui devrait être en harmonie avec celle des villages des environs. Les habitants forment principalement la clientèle que veulent attirer les promoteurs du projet.

«Nous visons un marché captif de quelque 32 000 clients qui vivent dans un rayon de cinq kilomètres», indique Nicolas Eynaud. Sans compter les quelque 100 000 personnes qui visitent le musée de l’Aventure du sucre chaque année, celles qui se rendent à l’hôpital du Nord, les touristes, ainsi que les étudiants de l’African Leadership University.

Cette institution occupera par ailleurs la partie ouest de la smart city de Beau-Plan. La première phase du campus, d’une superficie de 10 700 mètres carrés a été livrée au coût de Rs 1,2 milliard. Quelque 350 étudiants de 35 nationalités différentes y vivront.

Le pôle éducatif de la smart city s’étendra également dans l’est de cette ville avec le projet d’école primaire et pré-primaire de Greencoast International. La construction des bâtiments devrait être complétée en janvier 2019.

Nouveau parc de loisirs

Au niveau des loisirs et divertissements, des activités seront organisées autour du lac qui jouxte actuellement le restaurant de l’Aventure du sucre. Le musée sera, lui, doté d’un nouveau parc de loisirs qui sera le centre récréatif de la Smart City de Beau-Plan. L’ancienne fonderie de la propriété sucrière de Beau-Plan sera réaménagée et abritera les artisans de la joaillerie Patrick Mavros.

Le groupe attend la réception du Smart City Certificate pour démarrer les travaux de construction de sa ville intelligente au cours du premier trimestre de 2019. Le recours à une politique d’intégration des villages des alentours va nécessiter une importante enveloppe d’investissement au niveau des travaux d’infrastructure. Cela, afin de réduire au minimum l’impact du projet sur la circulation routière dans la région. Entre-temps, des discussions ont lieu avec les développeurs potentiels désireux de s’installer dans cette Smart City.

Par ailleurs, l’expansion immobilière de Terra ne se limite pas qu’à la Smart City. On prévoit notamment un projet résidentiel à Notre-Dame, la création de 70 unités résidentielles pour les personnes âgées ainsi que l’agrandissement du Business Park de Beau-Plan. Le groupe développera tout un pan de la région côtière de Balaclava.

Outre le secteur de l’immobilier, le groupe Terra a envisagé plusieurs mesures pour assainir le résultat de ses opérations. Parmi ces mesures se trouvent la mise en place d’une stratégie d’efficience au niveau de ses opérations afin de réduire le coût de production et la concentration de son savoir-faire, de son énergie et de son potentiel d’investissement dans les secteurs qu’il maîtrise. Il y a également le retrait des investissements dans des entités où les perspectives de croissance sont limitées voire inexistantes et où le groupe est actionnaire minoritaire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires