Congrès travailliste: Churchill aussi fumait le cigare, s’enflamme Ramgoolam

Avec le soutien de
Les rouges tenaient leur congrès à quelques pas de l’inauguration du marché, à St Pierre, ce vendredi 4 mai. © Daren Mauree

Les rouges tenaient leur congrès à quelques pas de l’inauguration du marché, à St Pierre, ce vendredi 4 mai. © Daren Mauree

Alors que le Premier ministre est passé au djembé, Navin Ramgoolam est resté au cigare. «Il (NdlR, Pravind Jugnauth) mesure la longueur de mon cigare, mais Churchill aussi fumait le cigare», s’est enflammé l’ancien Premier ministre, lors du congrès travailliste qui s’est tenu à St Pierre, au Mohit Hall, ce vendredi 4 mai.

Le leader du Parti travailliste (PTr) s’est encore une fois positionné comme seul adversaire de Pravind Jugnauth aux prochaines élections. «J'ai l'intention d'amender la Constitution pour empêcher le passage du pouvoir entre père et fils. Il faudra passer par les élections générales pour être Premier ministre. Et cela dans un délai de six mois en cas de démission.» Le «passage par l’imposte», là encore, est revenu comme sujet de prédilection des orateurs.

Briani et rhum

1er-Mai arrosé de «briani, rhum» et menaces, situation «désastreuse» des petits planteurs, Marketing Board sans directeur, roupie dévaluée, Vacoas Multipurpose Cooperative Society, Sherry Singh, Dawood Rawat volé, «pa tiena Ponzi nanrien», mise en garde au gouverneur de la Banque centrale, Yandraduth Googoolye, qui aurait retiré son argent de l’ex-Bramer Bank… tous les sujets ou presque y sont passés. D’ailleurs, Laina Rawat était dans la foule.

Mais vraiment, le sujet fétiche de Navin Ramgoolam, c’est Pravind Jugnauth, qu’il qualifie de «rat musqué», qui ne peut pas parler de moralité. «Chaque jour, ce gouvernement est un danger pour le pays. Mo warn Pinocchio, tansion to rod fer eta dirzans.»

Il a de nouveau appelé à l’union de l’opposition pour faire partir ce régime, tout en précisant, pour la énième fois, comme les autres partis, tel un disque multicolore rayé, que le PTr irait seul aux élections. 

Arvin Boolell était plus en mode «lumière». «Hier, il y avait le père de la nation, aujourd’hui il y a le godfather dans le gouvernement», a-t-il ironisé. Le nouvellement élu député a insisté sur le mauricianisme, la participation des femmes et des jeunes, l’avenir et le chemin de la lumière… Il l’a joué «spirituel», parlant de «pèlerinage», de «justice sociale» de «rage de vaincre dans la cordialité».

Shakeel Mohamed, chef de file des rouges au Parlement, estime que Pravind Jugnauth «n’a qu’une seule personne à l’esprit : Navin» Ramgoolam. Ce serait donc pour cela que le Premier ministre est venu dans la circonscription n°8 aujourd’hui. «Est-ce que Raj Dayal a obtenu une compensation de Rs 15 millions ? » s’est-il également interrogé. 

Deux mois pour réparer Terre-Rouge - Verdun

Anil Bachoo a fait feu du bois de la sécurité routière. «Avant les élections», Anerood Jugnauth a dit qu’il allait enlever les radars «pour faire élire son fils. Regardez combien de sang coule sur les routes... Il a retiré les speed cameras et le permis à points. 300 personnes sont devenues invalides à cause de son ambition». L’ancien ministre des Infrastructures publiques n’a pu s’empêcher d’évoquer la route Terre-Rouge – Verdun : «Si nous étions au pouvoir, elle aurait été réparée en deux mois.» 

Son leader a aussi évoqué ce dossier : «Terre-Rouge - Verdun, je suis fier de cette route. Sur 27 km, ils sont incapables de réparer 200 mètres !»

Tassarajen Pillay Chedumbrum, lui, s’est exprimé sur la drogue et la déposition du trafiquant Peroumal Veeren. La commission d’enquête est terminée et le Premier ministre ne s’y est pas rendu, alors, «de quel combat contre la drogue parle» Pravind Jugnauth ? «Où est Navind Kistnah ? Qu’est-ce qui s’est passé ? On n’en entend plus parler. Où en est l’enquête sur Dewdanee ?» Il a parlé de Roubina Jadoo-Jaunbocus, qui a rendu visite à une trentaine de prisonniers et a été nommée ministre. 

Quant à la secrétaire générale du parti, Kalyanee Juggoo, c’est elle qui a ouvert le bal avec la thématique du début, les propos de Pravind Jugnauth. «Ki longer sigar to meziré ? Al mesiré komié lari Bachoo inn aranzé...»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires