Coups et blessures ayant entraîné la mort: «C’est de leur faute, ils ont fait preuve de brutalité…»

Avec le soutien de
Le procès se poursuivra en cour intermédiaire le 19 juillet.

Le procès se poursuivra en cour intermédiaire le 19 juillet.

Il n’avait nullement l’intention de blesser ou de tuer qui que ce soit. Et pour Mukesh Rampersad, qui est accusé de coups et blessures ayant entraîné la mort, les véritables coupables sont ceux qui ont tenté de l’agresser. «Sé zot britalité ki fi’nn okazion sa aksidan-la.» Sa déposition a été lue en cour intermédiaire, présidée par la magistrate Adeela Hamuth, hier, mercredi 2 mai.

Les faits remontent au 14 novembre 2010. Il est reproché à Mukesh Rampersad d’avoir, au volant de sa fourgonnette, roulé sur deux personnes, en l’occurrence Mardayven Murday et Govinden Veeren, suivant une rixe. Laquelle aurait résulté d’une autre querelle qu’il aurait eue avec ces personnes quelques jours plus tôt. Si Mardayven Murday n’a pas survécu, Govinden Veeren s’est, lui, retrouvé dans l’incapacité de travailler pendant 20 jours.

Dans sa déposition lue en cour intermédiaire par un policier, Mukesh Rampersad a expliqué que le jour du drame, il était allé récupérer son fils chez sa belle-mère. «J’étais au volant d’une fourgonnette. À un moment, je me suis arrêté devant un snack pour m’acheter des cigarettes à Cité Cinquante Road, Highlands. C’est alors que Govinden Veeren est sorti pour me dire : ‘Mo pa ankor fini ek twa’. Un autre homme a accouru vers moi pour me frapper», a raconté ce chaffeur dans sa déposition.

«Mo pa koné si mo’nn roul lor dimounn»

Selon sa version, alors qu’il s’apprêtait à s’engouffrer dans sa fourgonnette, un dénommé Prince aurait tout fait pour l’en empêcher. «Prince ti sey tap mwa a traver lafenet ek mo finn gagn koutpwin dan mo figir», avait indiqué Mukesh Rampersad aux enquêteurs de la Criminal Investigation Division de Phoenix lors de l’enquête.

«Govinden Veeren finn vinn koté gos ek mo’nn démar kamion, mo’nn roul a drwat. Telman zot ti pé bat mwa, mo pa ti pé kapav kontign roul normal ek mo pa koné si mo’nn roul lor dimounn», avait-il ajouté.

Pour le chauffeur, la faute revient à ces trois hommes qui couraient après lui pour l’agresser. Il s’est également défendu d’avoir consommé de l’alcool avant l’accident et qu’il voulait se venger. Faisant ressortir qu’il est fort probable que l’un de ses agresseurs présumés ait perdu l’équilibre alors qu’il s’accrochait à sa fourgonnette.

Contre-interrogé par l’homme de loi de l’accusé, Me Gavin Glover, SC, le policier qui a procédé à la lecture de la déposition a concédé qu’une rixe avait éclaté quelques jours avant cet accident.

Le procès se poursuivra le 19 juillet.

Il n’avait nullement l’intention de blesser ou de tuer qui que ce soit. Et pour Mukesh Rampersad, qui est accusé de coups et blessures ayant entraîné la mort, les véritables coupables sont ceux qui ont tenté de l’agresser. «Sé zot britalité ki fi’nn okazion sa aksidan-la.» Sa déposition a été lue en cour intermédiaire, présidée par la magistrate Adeela Hamuth, hier, mercredi 2 mai.

Les faits remontent au 14 novembre 2010. Il est reproché à Mukesh Rampersad d’avoir, au volant de sa fourgonnette, roulé sur deux personnes, en l’occurrence Mardayven Murday et Govinden Veeren, suivant une rixe. Laquelle aurait résulté d’une autre querelle qu’il aurait eue avec ces personnes quelques jours plus tôt. Si Mardayven Murday n’a pas survécu, Govinden Veeren s’est, lui, retrouvé dans l’incapacité de travailler pendant 20 jours.

Dans sa déposition lue en cour intermédiaire par un policier, Mukesh Rampersad a expliqué que le jour du drame, il était allé récupérer son fils chez sa belle-mère. «J’étais au volant d’une fourgonnette. À un moment, je me suis arrêté devant un snack pour m’acheter des cigarettes à Cité Cinquante Road, Highlands. C’est alors que Govinden Veeren est sorti pour me dire : ‘Mo pa ankor fini ek twa’. Un autre homme a accouru vers moi pour me frapper», a raconté ce chaffeur dans sa déposition.

«Mo pa koné si mo’nn roul lor dimounn»

Selon sa version, alors qu’il s’apprêtait à s’engouffrer dans sa fourgonnette, un dénommé Prince aurait tout fait pour l’en empêcher. «Prince ti sey tap mwa a traver lafenet ek mo finn gagn koutpwin dan mo figir», avait indiqué Mukesh Rampersad aux enquêteurs de la Criminal Investigation Division de Phoenix lors de l’enquête.

«Govinden Veeren finn vinn koté gos ek mo’nn démar kamion, mo’nn roul a drwat. Telman zot ti pé bat mwa, mo pa ti pé kapav kontign roul normal ek mo pa koné si mo’nn roul lor dimounn», avait-il ajouté.

Pour le chauffeur, la faute revient à ces trois hommes qui couraient après lui pour l’agresser. Il s’est également défendu d’avoir consommé de l’alcool avant l’accident et qu’il voulait se venger. Faisant ressortir qu’il est fort probable que l’un de ses agresseurs présumés ait perdu l’équilibre alors qu’il s’accrochait à sa fourgonnette.

Contre-interrogé par l’homme de loi de l’accusé, Me Gavin Glover, SC, le policier qui a procédé à la lecture de la déposition a concédé qu’une rixe avait éclaté quelques jours avant cet accident.

Le procès se poursuivra le 19 juillet.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires