Air Mauritius: en plein vol, le commandant Gébert réduit la puissance de deux moteurs

Avec le soutien de
Le commandant Gébert, aux commandes de l’Airbus A350, a avoué avoir volontairement réduit la puissance des deux moteurs du vol MK 045.

Le commandant Gébert, aux commandes de l’Airbus A350, a avoué avoir volontairement réduit la puissance des deux moteurs du vol MK 045.

Les faits se sont déroulés lors du vol MK 045 entre Paris et Maurice, le 24 mars. Le commandant de bord, Frédéric Gébert, aux commandes de l’Airbus A350, a volontairement réduit la puissance de deux moteurs, l’un après l’autre, sans l’aval du copilote. L’appareil, bondé de passagers, était en plein ciel...

Cet acte n’est pas passé inaperçu. Les instruments de bord de l’appareil ont indiqué aux responsables d’Air Mauritius (MK) et au constructeur de l’appareil, Airbus, que l’un après l’autre, les moteurs ont été mis au bas régime. Ce qui a provoqué une série de questions, d’une part du constructeur de l’A350 et, d’autre part de la compagnie nationale. Ils craignaient que l’appareil n’ait souffert d’une quelconque avarie en plein vol.

Frédéric Gébert n’aurait pas réfuté le fait d’avoir agi de la sorte, sans l’aval du copilote. À son retour à Maurice, le nom du commandant de bord a été enlevé du roster des pilotes, pratiquement une semaine après l’incident. Ce qui lui a permis, entre-temps, de piloter un autre avion. Actuellement, Frédéric Gébert n’a toujours pas réintégré son poste.

Air Mauritius embarrasée

Cette affaire embarrasse la compagnie nationale, non seulement en raison du risque pris, mais aussi du fait que Frédéric Gébert a été le premier des pilotes à être réintégré à MK après la crise du 4 octobre 2017. Pour rappel, Frédéric Gébert faisait partie des trois pilotes mis à pied, le 6 octobre, par MK à la suite d’une «grève déguisée» d’une dizaine de pilotes, tombés subitement malades.

Le commandant de bord avait été réintégré «sous les mêmes conditions stipulées dans son ancien contrat» après avoir «présenté ses excuses à la direction d’Air Mauritius», comme avancé lors d’une conférence de presse de MK datant du 9 octobre.

Bain Ulyate a, lui, dû attendre le mois de novembre pour retrouver son poste. Quant à Patrick Hofman, aucune décision n’a encore été prise en ce qui le concerne.

Des explications réclamées

Contacté, le commandant Frédéric Gébert a répondu «qu’il n’avait aucun commentaire à faire». La direction de la compagnie aérienne nationale est, quant à elle, revenue très rapidement vers l’express. Le Chief Excutive Officer (CEO) confirme l’incident impliquant le commandant Frédéric Gébert. L’affaire a été rapportée à l’aviation civile.

«Le pilote a été appelé à fournir ses explications», fait savoir Somas Appavoo. À la suite de quoi, il devra suivre certaines procédures, notamment au niveau de la formation, comme stipulé par les «standard operating procedures». Ce n’est qu’à l’issue de ce «training» que le pilote sera autorisé à voler de nouveau.

Le CEO de la compagnie d’aviation nationale refuse cependant de parler de sanctions. Il avance que depuis la mise en opération de l’Airbus A350, en octobre 2017, plusieurs incidents ont été notés. Il y a eu ce problème, mais également des oublis de la part de pilotes ou encore des failles au niveau du vol. «Il s’agit d’un nouveau type d’avion», explique Somas Appavoo. La formation continue corrigera ces «défauts», soutient le patron de MK.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires