Maltraitance alléguée: aveugle, elle se bat pour avoir la garde exclusive de ses enfants

Avec le soutien de
C’est à la Family Division de la Cour suprême que cette affaire est traitée.

C’est à la Family Division de la Cour suprême que cette affaire est traitée.

Son époux, de qui elle est séparée, lui ferait un chantage. Il exige qu’elle lui remette sa fille, à la suite de quoi il lui rendra son fils… Cette enseignante âgée de 43 ans, qui est aveugle, réclame la garde immédiate et exclusive de ses deux enfants mineurs.

La semaine dernière, la quadragénaire a, par le biais de son homme de loi, Me Naushaad Malleck, déposé un affidavit à la Family Division de la Cour suprême. Elle allègue que lorsque sa fille vivait chez son père, à La Tour-Koenig, elle était victime de maltraitance.

Dans son affidavit, la mère de famille raconte qu’elle enseigne dans une école destinée aux non-voyants. C’est là qu’elle a rencontré son mari, dit-elle. Il est également aveugle. Ils décident de s’unir et en 2008 naît leur premier enfant.

Maltraitance psychologique

Or, l’idylle finit par tourner au cauchemar. «Mon mari a commencé à faire preuve d’une attitude déraisonnable. Il se montrait agressif envers moi lorsque je refusais d’avoir des relations sexuelles avec lui», dit l’habitante de Port-Louis. Au dire de l’enseignante, son mari aurait même tenté de l’étrangler en présence de leurs enfants. «Non seulement il m’agressait, mais il refusait de contribuer aux dépenses de la maison.»

Lasse de cette situation, elle lui a finalement demandé de quitter le toit conjugal. Il a déposé ses bagages chez sa mère, à La Tour-Koenig, où vivent également sa sœur et sa nièce. Mari et femme ont trouvé un accord concernant la garde de leurs enfants. «Il a quitté la maison en avril 2017 en emmenant notre fille âgée de 9 ans. Il m’a laissé mon fils de 8 ans.» 

La mère de famille veut cependant récupérer la garde exclusive sa fille, qui aurait été victime de maltraitance chez son père. «Elle m’a révélé que sa grand-mère paternelle l’a battue avec un balai, le 31 mars 2018, car elle n’avait pas effectué des tâches ménagères.» Ce n’est pas tout. Au dire de la quadragénaire, sa fille aurait également reçu des coups de son père et subirait de la maltraitance psychologique.

Demande de divorce

«Le comble, son père ne lui donne pas à manger car ni lui ni sa mère ne cuisinent souvent. Lorsqu’elle demande à manger, ils la réprimandent..» La mère de famille dit avoir sollicité les autorités compétentes. «J’ai dû faire appel à la Child Development Unit pour que ma fille quitte ce lieu infernal et vienne chez moi.» La quadragénaire a, en outre, fait une demande de divorce.

La position de Me Arshaad Inder, qui représente le père des enfants, est attendue d’ici à deux semaines devant la justice. L’avocat indiquera si son client compte communiquer un contre-affidavit dans cette affaire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires