SIC: le Managing Director Prem Beejan dénonce des «sick minds»

Avec le soutien de
Prem Beejan affirme qu’il n’a jamais été renvoyé de la State Investment Corporation en 2007. © Aurelio Prudence

Prem Beejan affirme qu’il n’a jamais été renvoyé de la State Investment Corporation en 2007. © Aurelio Prudence

Certaines personnes tentent de ternir sa réputation. Et le Managing Director de la State Investment Corporation (SIC) ne compte pas se laisser faire. Dans un communiqué, le 27 avril, Prem Beejan brandit la menace de poursuites légales.

Prem Beejan s’en prend aux «sick minds» qui colportent toutes sortes de «rumeurs infondées et malicieuses» sur sa personne. Le Managing Director de la SIC soutient que depuis son départ à la retraite de la SIC en 2007, où il a eu «une longue carrière couronnée de succès», il a occupé plusieurs fonctions au sein de compagnies du secteur privé.  Prem Beejan a même rendu publique sa lettre de départ à la retraite de la SIC.

Cette prise de position de Prem Beejan fait suite aux réactions au Parlement, le 17 avril, concernant sa nomination à la SIC. Selon le député Veda Baloomoody, il aurait été renvoyé de la même compagnie en 2004-2005 suivant un acte frauduleux. Ce que récuse l’actuel Managing Director. 

Qualifiant d’«infondées» les informations circulées par le député, Prem Beejan devait répliquer que ce dernier a profité de «l’immunité parlementaire pour porter atteinte à son intégrité». D’expliquer : «En 2007, j’ai eu 55 ans, alors l’âge légal de la retraite. Je l’ai prise, après 22 ans de service à la SIC. Je l’ai fait car une compagnie privée m’a sollicité pour un poste mieux rémunéré, soit une paie deux fois plus élevée que ce que je percevais à la SIC.»

Le Managing Director de la SIC a, en outre, ajouté qu’il compte écrire au Bar Council du Royaume-Uni. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires