Les Salines: des jeunes organisent les funérailles d’un SDF

Avec le soutien de
Le bûcher funéraire était fin prêt le samedi 28 avril, pour accueillir le corps de Dehal Ramcharitur.

Le bûcher funéraire était fin prêt le samedi 28 avril, pour accueillir le corps de Dehal Ramcharitur.

Ils voulaient qu’il ait un départ digne de ce nom. Raison pour laquelle ces jeunes – qui souhaitent garder l’anonymat – ont organisé les funérailles de Dehal Ramcharitur, un SDF de 83 ans, le samedi 28 avril. Mais avant, ils ont dû braver de nombreux obstacles… Récit.

Stéphanie (prénom d’emprunt) et ses amis ont rencontré Dehal à la rue La Chaussée, à Port-Louis, l’année dernière. «Tous les samedis, nous offrons un repas aux SDF et normalement se sont les mêmes personnes. Nous tissons donc des liens d’amitié avec elles. Dehal, lui, était un peu comme le chef de la bande», raconte la jeune femme, âgée d’une vingtaine d’années. Mais, fin 2017, Stéphanie le perd de vue. Elle entame des démarches pour le retrouver. «J’ai appris qu’il avait été victime d’un accident et qu’il était admis à l’hôpital.»

Alors, chaque jour, depuis décembre, Stéphanie rend visite à son ami, avec qui elle était devenue très proche. «Je lui apportais à manger certes, mais ce qu’il aimait surtout, c’était ma présence, d’avoir quelqu’un à qui parler. Il me demandait à chaque fois si j’allais revenir le lendemain…»

Mais Dehal souffrait d’une atrophie du cerveau et son état de santé s’est peu à peu détérioré. Il est décédé le 11 avril, à l’hôpital Jeetoo. Pour lui dire au revoir une dernière fois, Stéphanie et ses amis ont décidé d’organiser ses funérailles. Qui étaient prévues au crématoire de Les Salines, à 15 heures, hier.

Le bûcher funéraire et le pandit étaient prêts. Mais à 18 heures, les jeunes gens n’avaient toujours pas reçu l’autorisation pour emporter le corps, les responsables de l’hôpital arguant qu’ils ne sont pas des membres de la famille… «Pendant toute sa vie, ce Monsieur a été maltraité. Mem apré so lamor zot pé maltret so lékor», devait lancer Stéphanie, hier soir, face aux policiers notamment.

Finalement, après de nombreux déboires, beaucoup de démarches et de patience, ils ont finalement obtenu les autorisations nécessaires. Les funérailles de Dehal ont eu lieu ce dimanche 29 avril.

Stéphanie et ses amis pourront alors lui dire adieu avec le sourire, entre les larmes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires