Vols de luminaires en Australie: les explications de Poorun Bhollah attendues

Avec le soutien de
Il nous revient que seuls deux luminaires ont été restitués aux responsables du Village des Jeux et non quatre.

  Il nous revient que seuls deux luminaires ont été restitués aux responsables du Village des Jeux et non quatre.    

Développement de taille dans l’affaire des luminaires volés au Village des Jeux à Gold Coast, en Australie. Poorun Bhollah, le président de la Fédération mauricienne d’haltérophilie (FMH) est suspecté d’avoir commis ces larcins. Il est attendu au siège du Comité olympique mauricien (COM) mercredi pour fournir des explications quant à son implication dans ces cas de vols. Il sera entendu par un panel constitué de Richard Papie, Faizal Bundhun, Corinne Remila et Prem Jodha, tous membres du COM.

D’autre part, il nous revient que seuls deux luminaires ont été restitués aux responsables du Village des Jeux et non quatre. «Cette affaire est prise très au sérieux. J’ai cru que Richard Papie (NdlR : Chef de mission au cours des Jeux) s’était assuré que les quatre abat-jours qui avaient disparu des chambres avaient été restitués. Finalement, seul deux ont été rendus. Nous devons retrouver les deux autres et déterminer l’implication de Poorun Bhollah dans cette affaire», précise Philippe Hao Thyn Voon, le président du COM.

Selon lui, les soupçons se tournent également vers un deuxième membre de la délégation quadricolore. «Lorsque Richard Papie avait menacé de donner l’ordre aux policiers de fouiller les valises de la délégation mauricienne. Les abat-jours sont apparus miraculeusement. Poorun Bhollah avait soigneusement emballé les deux objets dans du papier bulle. Mais il n’a pas agi seul et je soupçonne un représentant du COM d’être mêlé à cette affaire.»

Pressé de question au Village des Jeux, le dirigeant de la FMH a expliqué avoir retrouvé les abat-jours sur une valise appartenant à un athlète. «Mais il n’a pas divulgué le nom de l’athlète et n’a pas non plus voulu identifier la valise en question», poursuit Philippe Hao Thyn Voon. Ce dernier confie que le COM devra s’acquitter d’une amende auprès des organisateurs des Jeux du Commonwealth.

Critiqué de tout part pour sa prise de position jugée légère dans l’affaire Kaysee Teeroovengadum, Philippe Hao Thyn Voon devra, cette fois, frapper fort. Poorun Bhollah est, lui, resté injoignable.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires