Attentat à la pudeur: l’accusation incomplète, l’affaire classée

Avec le soutien de
L’accusé était poursuivi devant la cour de Moka.

L’accusé était poursuivi devant la cour de Moka.

Omission de taille. Dans l’acte d’accusation, aucune mention d’un élément essentiel, soit «sans consentement ou avec force». De ce fait, la charge d’attentat à la pudeur qui pesait sur un accusé a été rayée. Ainsi en a décidé le magistrat Navish Jheelan de la cour de Moka.

Les faits remontent au 24 novembre 2013. La victime a allégué avoir été accostée par Ravindranath Tagore Manaroo alors qu’elle se trouvait sur la route de Dubreuil. Elle a déclaré qu’il aurait attenté à sa pudeur. Une fois rentrée chez elle, elle se serait confiée à sa grand-mère, avant de rapporter l’affaire à la police.

L’accusé, qui était poursuivi en vertu de l’article 249(2) du code pénal, a plaidé non coupable. Affirmant qu’il était victime d’une fausse dénonciation fausse.

«L’information sous laquelle la charge a été émise ne divulgue aucune offense», devait noter le magistrat. De ce fait, il a classé l’affaire, vendredi 20 avril.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires