Transport pour Air Mauritius: soupçonné de conflit d’intérêts, Basoodeo Seetaram dément

Avec le soutien de
 Basoodeo Seetaram soutient que la réunion de dimanche concernait son travail avec les employés de la Mauritius Duty Free Paradise.

 Basoodeo Seetaram soutient que la réunion de dimanche concernait son travail avec les employés de la Mauritius Duty Free Paradise. 

Il a participé à l’appel d’offres pour véhiculer des employés d’Air Mauritius (MK) «kouma tou dimounn». Basoodeo Seetaram, le «garde du corps privé» du Premier ministre, dément catégoriquement les allégations de Luvin Unnoop, directeur de Frulait Ltée.

Ce dernier, qui assure actuellement le transport des employés d’Air Mauritius, affirme dans une missive à la commision anticorruption que Basoodeo Seetaram aurait indiqué que, bientôt, ce sera sa firme qui assurera ce contrat. Frulait Ltée soutient que Basoodeo Seetaram a fait cette déclaration lors d’une réunion à son domicile.

Le principal concerné ne dément pas la tenue de cette rencontre. «Tout est faux ! Chaque mois, j’organise une réunion avec mon personnel. Cela, dans le cadre de mon travail avec les employés de Mauritius Duty Free Paradise», souligne-t-il.

Ce proche du Premier ministre poursuit que dimanche dernier, il a organisé cette réunion chez lui pour parler de la Mauritius Duty Free Paradise (MDFP). Outre le fait de détenir le monopole de distribution de poissons dans les prisons, il a obtenu le contrat pour véhiculer les employés de la MDFP. «Cette réunion, je l’organise sur le parking de la MDFP, à mon bureau ou chez moi. Dimanche, il était question de discuter de changements et de la présentation d’un nouveau logo», fait-il ressortir.

Et d’ajouter qu’il n’a jamais pipé mot sur le contrat à Air Mauritius. Basoodeo Seetaram affirme n’avoir reçu aucune réponse de la compagnie nationale d’aviation suivant sa participation à l’appel d’offres. «Je ne comprends pas pourquoi l’affaire a été référée à l’ICAC. Tout a été fait dans la transparence.»

«Je ne comprends pas pourquoi l’affaire a été référée à l’ICAC. Tout a été fait dans la transparence.»

Pourtant, Luvin Unnoop persiste et signe : Basoodeo Seetaram aurait bel et bien déclaré être au courant qu’il serait le prochain opérateur retenu. «Des personnes dans mon entourage ont assisté à cette réunion, je sais de quoi je parle. D’ailleurs, elles sont disposées à déposer comme témoins à l’ICAC», dit-il.

Le directeur de Frulait Ltée remet aussi en question la décision d’Air Mauritius de recruter un autre opérateur. Luvin Unnoop explique que la première fois que la compagnie d’aviation nationale aurait fait référence à un «split contract» remonte à décembre 2016. Et qu’il a licencié des employés en pensant que d’autres opérateurs entreraient en jeu.

«Par la suite, Air Mauritius m’a demandé d’assurer à 100 % le transport des employés. J’ai fait comprendre que ce ne serait pas possible, sauf si on accepte de me payer plus. Pourquoi vouloir confier ce service à 100 % à Frulait Ltée si on avait l’intention de la remplacer ?»

 «Des personnes dans mon entourage ont assisté à cette réunion, je sais de quoi je parle. D’ailleurs, elles sont disposées à déposer comme témoins à l’ICAC»

Sa demande d’augmentation de tarifs n’aurait pas été agréée. «De février 2017 à novembre 2017, je n’avais pas de contrat avec MK car on n’était pas tombé d’accord. Mais j’ai continué à travailler quand même. Ce n’est qu’en décembre 2017 que j’ai obtenu un contrat qui expire en juin 2018.»

Au niveau d’Air Mauritius, on avance que la décision de retenir au moins deux opérateurs pour le transport a sa raison d’être. D’une part, la compagnie ne souhaite plus dépendre d’un seul opérateur. D’autre part, on avance que les services fournis ne sont pas satisfaisants. Le choix du nouvel opérateur devrait être connu dans deux semaines.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires