Jeewa-Daureeawoo: «Le Metro Express est capital pour le gouvernement»

Avec le soutien de
 Lancement de l’exposition de la maquette du métro, ce mercredi 25 avril, à la mairie de Beau-Bassin–Rose-Hill.

 Lancement de l’exposition de la maquette du métro, ce mercredi 25 avril, à la mairie de Beau-Bassin–Rose-Hill.

Elle le concède. Oui, il est vrai que les travaux dans le cadre du projet Metro Express ont causé «quelques inconvénients». Toutefois, déclare la vice-Première ministre et ministre des Collectivités locales, «tout dépend de la façon dont on gère les problèmes». C’était ce mercredi 25 avril, lors du lancement de l’exposition de la maquette du métro à la mairie. Exposition qui se clôturera dans dix jours.

La no.4 du gouvernement souligne que le Premier ministre adjoint et elle suivent de près l’avancée des travaux. «Chaque jour, sans faute, nous avons des réunions afin de trouver une solution aux problèmes que provoquent les travaux et atténuer les difficultés des usagers de la route.»

La ministre Jeewa-Daureeawoo en est persuadée. Pour moderniser le pays, il faut absolument moderniser le système de transport. Raison pour laquelle «prozé métro li kapital pou sa gouvernman-la».

Également présent, le Premier ministre adjoint s’est attardé sur cette «grande entreprise» qu’est le Metro Express. Ivan Collendavelloo rappelle que ce projet créera de l’emploi. Beaucoup, même. «Il ne faut pas oublier les perspectives d’avenir que le Metro Express offre aux jeunes du pays. 300 zen pé travay ladan. Nous commençons la formation de jeunes ingénieurs et de ceux qui n’ont pas de diplôme.» 

Ce sont, en effet, les habitants qui profiteront de ce projet, renchérit, de son côté, Alain Aliphon. Et c’est pourquoi «nou pé al de lavan, nanyé pa pou aret nou». Il s’est, dans la foulée, réjoui que les «kam dan Barkly» aient enfin «trouv kler dan sa prozé-la». De lancer un appel pour que le métro ne soit pas vandalisé, comme le sont les autobus.

Pour sa part, le maire de Beau-Bassin–Rose-Hill insiste : «Aucune menace, aucun compromis ne nous empêchera de développer la ville.» Au dire de Ken Fong, «c’est un privilège que les travaux aient été entamés ici, à Beau-Bassin–Rose-Hill». Et malgré «bann kozé ki’nn kozé», il dit respecter les «critiques constructives». 

 
 
 
 
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires