Shoprite: l’incendie causé par une cigarette

Avec le soutien de
C’est le 12 novembre 2017 que l’entrepôt de Shoprite, à Trianon, a pris feu, faisant une victime, un employé de l’hypermarché.

  C’est le 12 novembre 2017 que l’entrepôt de Shoprite, à Trianon, a pris feu, faisant une victime, un employé de l’hypermarché.

L’incendie de l’entrepôt de l’hypermarché Shoprite, à Trianon, le 12 novembre dernier, serait dû à un mégot de cigarette non éteint, jeté par négligence. Ce sont là les observations de la Mauritius Fire and Rescue Services (MFRS) qui a bouclé son rapport le 7 mars.

Ce sinistre a coûté la vie à un employé, Dineshwar Domah. Il était âgé de 24 ans. Après avoir passé au crible l’entrepôt ravagé par les flammes, les pompiers ont procédé par élimination pour identifier la cause du feu. Ils se sont basés sur l’examen visuel du lieu et les témoignages recueillis. Si le rapport écarte toute origine criminelle, l’imprudence des employés de Shoprite pourrait être ciblée.

Dans leur rapport, les enquêteurs de la MFRS ont mentionné qu’ils ont été informés par d’anciens employés que certains salariés ont l’habitude de se cacher à côté, dans la «chiller room», pour fumer, alors qu’il est interdit de le faire dans l’entrepôt. «Il y a donc une forte probabilité qu’un employé ait jeté son mégot de cigarette par inadvertance sur du matériel combustible. Ce qui au final provoqué le feu.»

Pas de gicleur d’eau

Autre constat des enquêteurs : l’entrepôt était dépourvu de gicleur d’eau. Cependant, les détecteurs de fumée étaient, eux, bien activés à côté de la «chiller room».

Des failles ont également été notées dans le certificat d’incendie : «Flaws in compliance with Fire Safety requirements.» Dans son rapport, la MFRS écrit que «Shoprite Mtius Limited, en tant que locataire principal des lieux, avait la responsabilité de se conformer aux exigences de sécurité en cas d’incendie.»

Les observations de la MFRS démontrent également qu’il n’y avait aucune échappatoire pour ceux qui auraient été bloqués à l’intérieur de l’entrepôt. En effet, la porte de secours à côté du quai de livraison (delivery bay) était cadenassée. Il a été rapporté que la livraison se fait par cette porte et qu’elle est normalement fermée à 13 heures, les samedis et reste fermée les dimanches.

Quant aux moyens pour maîtriser les incendies, les enquêteurs ont constaté que le système d’enrouleur de tuyau était défectueux. «Des fuites ont été notées ainsi qu’une basse pression d’eau», peut-on lire dans le rapport. En outre, quelques extincteurs étaient défectueux, avec leur base rongée par la rouille. Ce détail a d’ailleurs été confirmé par un consultant qui a procédé à un examen de ces équipements le 31 octobre 2017.

Lacunes dans la formation des employés

La formation des employés est également montrée du doigt. Le document indique que le plan de secours n’a pas été approuvé. Un examen des registres de formation, qui ne sont pas actualisés, révèle plusieurs anomalies.

Il se trouve, en outre, que le 13 août 2015, Safety First Company Ltd a organisé une formation sur l’utilisation des extincteurs de feux à laquelle seuls 18 employés, y compris Dineshwar Domah, ont assisté. Finalement, le 20 juin 2017, la Health & Safety Officer de Shoprite a mené un exercice d’évacuation d’incendie, et le résultat de cet exercice n’était pas bien documenté. La victime n’a pas participé à cet exercice.

Pour circonscrire l’incendie, les soldats du feu ont dû faire face à plusieurs difficultés, notamment un accès difficile et un mouvement restreint, un passage étroit entre les étagères. Autre difficulté : un rangement compact sur les étagères jusqu’à 6 à 8 mètres de hauteur. Le rapport mentionne également le stockage des matériaux hautement combustibles.

Selon le rapport, c’est à 17 h 55, le 12 novembre dernier, que l’incendie s’est déclaré. Les pompiers apprennent alors qu’un employé est porté manquant. Ce n’est que le 17 novembre que les officiers de la MFRS et les policiers ont procédé à une fouille étendue des lieux. Le corps de Dineshwar Domah est retrouvé le 19 novembre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires