Sinistrés de Camp Manna: «Zot pé pran nou pou bann mandian!»

Avec le soutien de
 Plusieurs habitants de Camp Manna ont fait une descente au poste de police de Pope-Hennessy ce mardi 24 avril.

Plusieurs habitants de Camp Manna ont fait une descente au poste de police de Pope-Hennessy ce mardi 24 avril. © Rishi Etwaroo 

«Nou pa pé rod nanyé ar zot.» Ce que veulent les sinistrés de Camp Manna, c’est que la police vienne faire un constat de l’état de leurs maisons suivant le passage de la forte tempête tropicale Fakir. Or, les officiers refuseraient de le faire.

Plusieurs habitants se sont rendus, ce mardi 24 avril, au poste de police de Pope-Hennessy. Ils déplorent l’inaction des autorités. «Un inspecteur nous a dit que ce n’est que dans trois jours, kan soley sorti, qu’ils viendront! Bé ki nou pou fer tou sa zour-la?» lance une sinistrée.

Elle explique qu’au moins 300 personnes sont concernées. Depuis le vendredi 20 avril, dit-elle, les habitants ont sollicité la police, suivant les averses qui se sont abattues sur le pays. Or, rien n’aurait été fait. Il leur a simplement été dit de se rendre dans des centres de refuge. «Vinn dan sant, sant fermé!» s’insurge-t-elle.

L’habitant de Camp Manna ajoute que les sinistrés ont également tenté d’entrer en contact avec la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus. «Pa pé trouv li osi.» Elle dénonce le fait que personne ne leur vient en aide, et encore moins la police. Pour elle, il est clair que parce que «nou nou bann ti-dimounn, zot pé pran nou pou bann mandian!».

 
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires