Plus de 2 heures pour le trajet Curepipe–Port-Louis à cause des déviations

Avec le soutien de
Les nouvelles déviations à Rose-Hill causent davantage de problèmes aux heures de pointe.

Les nouvelles déviations à Rose-Hill causent davantage de problèmes aux heures de pointe.

De la patience. Il en faudra aux usagers de la route qui traversent Rose-Hill. Samedi, suivant les nouvelles déviations, la circulation est devenue encore plus difficile et plus dense, soutient le président de la Bus Industry Traffic Officers Union, Parmanand Runglall. «Personne ne peut l’imaginer, mais il faut plus de deux heures pour effectuer la ligne n°2 (NdlR, Curepipe–Port-Louis).» Il déplore le fait que ces nouvelles déviations causent encore plus de problèmes aux heures de pointe.

«Il est vrai que, depuis samedi, les autorités ont instauré une nouvelle route. Mais depuis le début des travaux, la situation a commencé à devenir pesante. J’ai même peur qu’il y ait des risques que certaines personnes perdent leur emploi», soutient Parmanan Runglall.

Il évoque un incident qui s’est produit sur la gare, à cause de ces déviations. «Un passager a voulu en venir aux mains avec le chef de gare à cause du retard. Être bloqué dans la circulation, c’est énervant

Il n’est pas le seul à en parler. Même les chefs de gare à Rose-Hill font ce constat amer. «Les gens sont stressés et viennent se défouler sur nous. On n’y est pour rien.» Un employé de la National Transport Corporation (NTC) confie qu’avec cette circulation très dense, beaucoup optent pour les voitures ou les vans. «Cela accroît le nombre de voitures qui circulent et augmente les bouchons matin et soir !»

Manque de coordination

Mais ce n’est pas le seul problème que les chefs de gare ont recensé. «Les bus des compagnies privées bloquent la gare. On a l’impression qu’ils nous prennent en otage», fulmine cet employé d’United Bus Service (UBS). «C’est le cafouillage depuis qu’on a restructuré la gare. Les employés de la National Transport Authority et les policiers semblent fermer les yeux sur certaines choses ici

Il est secondé par ses confrères de la NTC. «Par moment, trois, voire quatre bus individuels, sont stationnés sur la gare et aucune sanction n’est prise contre eux. Mais on nous demande d’envoyer nos véhicules derrière le Central Electricity Board de Rose-Hill, là où a été aménagée une nouvelle aire pour le stationnement des autobus.» L’employé d’UBS a rapporté cette affaire aux policiers à plusieurs reprises.

Ces derniers lui ont fait comprendre qu’ils ne peuvent verbaliser ces bus. La raison ? «Il n’y a aucun panneau où il est écrit que l’on ne peut y stationner. Les lignes jaunes sont pratiquement inexistantes

Selon l’inspecteur Shiva Coothen, du Police Press Office, les panneaux ne sont pas nécessaires. Les opérateurs savent déjà qu’à la gare de Rose-Hill, il ne faut qu’embarquer et débarquer les passagers. «Ceux qui voient que les consignes ne sont pas respectées peuvent s’adresser au Divisional Commander ou au DCP traffic. Les bus individuels se doivent de respecter les ordres de la police

En attendant, comme le dirait l’historien italien Alessandro Morandotti, «la patience est une vertu qui s’acquiert avec de la patience…»

Des routes fermées dans les villes

Interdiction de circuler sur les routes de Port-Louis qui rejoignent la route Pope Hennessy, de 22 heures à 5 heures, depuis samedi. Et ce, pour des raisons de sécurité.

Selon les autorités policières, cette mesure a dû être prise afin de mieux protéger les bâtiments importants le long de la route de cette artère principale de Port-Louis et de ses alentours, notamment le Parlement, la New Court House, les banques, les Money Changers et la Cour suprême. Ce dernier a été la cible de cocktail Molotov l’année dernière. Les routes fermées sont : i) Desforges, devant la municipalité ; ii) Maillard ; iii) Sir Virgil Naz ; iv) Lislet Geoffroy ; et v) Labourdonnais (voir infographie).

À Rose-Hill, une autre route complètement fermée à la circulation est la rue Duncan Taylor. En effet, les automobilistes n’y ont plus du tout accès depuis samedi. La raison ? Des travaux du métro sur cette route, qui longe le marché et la New Arab Town. Du coup, trois déviations ont été mises en place afin d’aider les automobilistes qui empruntent cette route.

Tout d’abord, la circulation du centre de Rose-Hill, en passant par la rue Duncan Taylor, sera déviée le long des rues Labourdonnais, Prince des Galles, Dr Maurice Curé, et finalement jusqu’aux feux de signalisation près du poste de police de la localité.

Ensuite, la circulation du centre de Rose-Hill, en direction de la rue Boundary par les rues Elias et Duncan Taylor, sera déviée le long des rues Dr Maurice Curé, Gladstone et Labourdonnais, près des feux de signalisation de la station-service.

Et finalement, le trafic le long de la rue Elias, y compris les véhicules de livraison pour le marché de Rose-Hill, de la New Arab Town et les activités commerciales avoisinantes, sera dévié le long d’une route nouvellement construite à l’arrière du stade sir Gaëtan Duval, afin de rejoindre la rue Boundary.

Quant aux places de parking devant le centre de badminton, elles seront toujours opérationnelles et accessibles, mais uniquement le long de la rue Boundary. Des panneaux de signalisation seront installés pour informer et guider les usagers de la route sur les nombreuses déviations routières.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires