Augmentation du tarif d’eau: le bureau du Premier ministre pas convaincu

Avec le soutien de
La hausse du prix de l’eau viendrait redresser les comptes de la CWA.

La hausse du prix de l’eau viendrait redresser les comptes de la CWA.

D’ici deux semaines, la nouvelle grille tarifaire de la Central Water Authority (CWA) sera finalisée. Mardi dernier, à l’Assemblée nationale, le Premier ministre par intérim et ministre des Services publics, Ivan Collendavelloo, a indiqué que les nouveaux tarifs seront alors soumis aux débats. Une annonce qui n’est pas au goût de l’opposition, des syndicats et autres, mais aussi des membres de la majorité.

«Il y a un mécontentement depuis la Private Notice Question de mardi», soutient un député du Mouvement socialiste militant. Il avance qu’il attend le retour du Premier ministre (PM) pour trancher la question. Un élu du gouvernement avance, lui, qu’il voit mal Pravind Jugnauth prendre cette décision «extrêmement impopulaire». 

«Ce n’est pas Ivan Collendavelloo qui décide, mais le Premier ministre», fait valoir un membre du Cabinet. Une indication en ce sens devrait émaner de la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement, ce samedi 21 avril.

Entre-temps, au bureau du PM, on ne serait, à ce stade, pas favorable à une hausse du tarif d’eau. Ni à la question d’affermage pour la CWA. «Il y a des réserves sur les deux aspects», affirme-t-on.

Plusieurs au gouvernement n’ont pas été convaincus par les arguments avancés pour justifier ce que préconise Ivan Collendavelloo. Ils ne comprennent pas non plus «l’entêtement» du ministre. «Il n’y a aucune garantie que les opérateurs privés qui auront un contrat de 15 ans feront mieux en termes de qualité, de service, de la gestion et du recrutement», soutient notre interlocuteur.
 
Mais Ivan Collendavelloo semble déterminé à apporter ces changements. Au Parlement, face aux questions du leader de l’opposition, il a réaffirmé que la CWA est incapable de gérer le problème d’eau et de redresser les comptes.

Avis que ne partage pas Xavier-Luc Duval. «La CWA n’est pas déficitaire à la base. Ce sont des décisions du gouvernement qui l’ont mise dans la zone rouge», insiste-t-il.

Au départ, la mesure sociale selon laquelle des foyers bénéficient de 6m3 d’eau gratuitement, et qui s’élève à Rs 175 millions aurait dû être financée par le Consolidated Fund. Mais la CWA a été appelée à en endosser la responsabilité. L’organisme a également vu une baisse conséquente de ses revenus depuis l’abolition de la Production of Drinks (Fees and Other Charges) Regulations de 2011.

Xavier-Luc Duval maintient que les comptes ont été délibérément noircis pour justifier la décision d’augmenter le prix d’eau et confier la gestion à un opérateur privé. Même constat de l’Association des consommateurs de l’île Maurice (ACIM). Pour Jayen Chellum, il n’est pas question de hausse. La raison étant qu’avec l’installation de nouveaux compteurs, certaines factures sont déjà passées de Rs 100 à Rs 400.

L’ACIM, qui fait partie de la plateforme anti-privatisation, compte maintenir la pression. Une pétition sera envoyée au Premier ministre et aux parlementaires à ce sujet. Une manifestation est prévue le 19 mai.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires