Privatisation de l’eau: «Collendavelloo induit la population en erreur délibérément»

Avec le soutien de
Les membres de la plate-forme anti-privatisation étaient face à la presse ce vendredi 20 avril.

Les membres de la plate-forme anti-privatisation étaient face à la presse ce vendredi 20 avril.

«Sé Collendavelloo ki pé diriz pei-la ou Prémié minis?» Dénonçant «l’insolence incroyable» d’Ivan Collendavelloo, les syndicalistes se sont de nouveau prononcés contre la privatisation de la Central Water Authority (CWA). Réunis au sein de la plateforme anti-privatisation, ils étaient face à la presse, ce vendredi 20 avril.  

«Gramatin tanto li rev privatizasion. Li res zis pou privatiz gouvernman.»

«Il n’est pas question de céder le secteur de distribution de l’eau au privé.» Selon Radhakrishna Sadien, président de la Government Services Employees Association (GSEA), «Ivan Collendavelloo induit la population en erreur délibérément». Pour lui, le Premier ministre adjoint et ministre des Services publics «raconte des histoires. Quand il parle de partenaire stratégique, nous nous comprenons privatisation». Et de lancer : «Gramatin tanto li rev privatizasion. Li res zis pou privatiz gouvernman.»

La plate-forme anti-privatisation compte envoyer une pétition signée par ses membres au Premier ministre, ainsi qu’aux parlementaires, ce vendredi. Par le biais de ce document, les membres veulent attirer l’attention de la sphère politique sur les dangers que représente le projet de privatisation du secteur de l’eau. «Parski sak fwa ki finn éna privatizasion enn sekter, sé la popilasion kinn finn perdan. Inn éna koripsion, tarif elvé etc.»

Une manifestation est d’ailleurs prévue le 19 mai, à Rose-Hill, pour dénoncer le projet d’Ivan Collendavelloo. Ce n’est pas tout. La plateforme anti-privatisation distribuera des tracts dans des «endroits stratégiques», tels que Flacq, Mahébourg et Rose-Hill, entre autres, indique Radakrishna Sadien. Cette initiative, précise-t-il, sera entamée à partir de la semaine prochaine. Aussi, «nous lancerons une campagne à travers des banderoles et posters».

«Dépwi ki li minis, parfwa li ti pé rev afermaz, tanto privatizasion. Ala enn minis ki obsédé!»

Iswarduth Gunness, président de l’Union of Employees of Central Water Authority (UECWA), ne comprend pas «l’obsession» du ministre Ivan Collendavelloo. De faire remarquer que «la CWA n’est pas la propriété» du Premier ministre adjoint. «Dépwi ki li minis, parfwa li ti pé rev afermaz, tanto privatizasion. Ala enn minis ki obsédé!».

Or, souligne-t-il, depuis 2012, la CWA a pu sortir la tête de l’eau grâce à ses propres moyens, certes limités, «sans l’aide du secteur privé». Reste que «dépwi tou sa létan-la, nou’nn gagn enn minis ki pé nwarsi limaz sa lorganism-la. Li pé trahir sindika».

Jayen Chellum demande, pour sa part, au ministre Collendavelloo de déposer le rapport complet de la Banque mondial sur ce processus de partenariat privé. «Même la Banque mondiale a soulevé certains points sur ce processus. Pourquoi le ministre ne dépose-t-il pas le rapport complet ?» Il est d’avis que le chef du gouvernement doit prendre se dossier en main. «Le Premier ministre ne s’est pas encore prononcé sur la privatisation de la CWA, il doit le faire.»

Concernant l’augmentation imminente du tarif de l’eau, Jayen Chellum avance que le Premier ministre adjoint «prend la population pour des imbéciles».

Pétition que la plateforme anti-privatisation a remise au Premier ministre by L'express Maurice on Scribd

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires