Escroquerie: deux femmes plaident coupable en cour intermédiaire

Avec le soutien de
Les deux femmes étaient dans le box des accusés en cour intermédiaire ce mercredi 18 avril.

Les deux femmes étaient dans le box des accusés en cour intermédiaire ce mercredi 18 avril. 

Le procès intenté à deux femmes pour une affaire d’escroquerie, a été pris sur le fond devant le magistrat Raj Seebaluck, en cour intermédiaire, ce mercredi 18 avril. Soupçonnées d’avoir reçu de l’argent sur leur compte bancaire à la suite d’une arnaque à l’emploi, les deux suspectes, âgées de 36 et 58 ans, sont revenues sur leurs versions des faits et ont plaidé coupable sous une accusation de complot. Une tierce personne serait impliquée dans cette affaire.

La déposition de la quinquagénaire, une habitante de Vallée-des-Prêtres, a été lue en cour. Dedans, elle avait nié avoir comploté pour faire croire qu’elle travaillait au sein d’Airport Terminal Operations Ltd et qu’elle aurait la capacité de faire embaucher des gens. «C’est vrai que deux sommes, soit de Rs 20 000 et Rs 25 000, ont été versées sur mon compte à la banque. Mais je n’ai jamais promis du travail à qui que ce soit», a précisé la quinquagénaire dans sa version des faits à la police.

Selon ses dires, elle aurait rencontré un habitant de sa localité en 2012, qui lui aurait demandé s’il pouvait déposer une somme d’argent sur son compte car il n’avait pas de compte bancaire. «Il avait versé ladite somme le 25 et 27 avril 2012, mais il ne m’avait donné aucune commission en retour, comme on me le reproche», explique-t-elle.

Appelée à la barre, cette femme au foyer, mère de deux enfants, a finalement plaidé coupable et a présenté ses excuses à la cour. «Je regrette vivement mes actes. Je me suis laissée mener par un escroc», dit-elle.

La déposition de l’autre suspecte a également été lue devant le magistrat. Dans le document, elle concède qu’une somme de Rs 15 000 avait été déposée sur son compte, mais elle a nié avoir arnaqué des gens. Elle est aussi revenue sur sa version des faits et a accepté la charge retenue contre elle.

Suivant le contre-interrogatoire mené par son avocat, Me Yudish Lutchmeenaraidoo, un témoin de la police a concédé que les deux accusées ont été utilisées par une tierce personne. Selon lui, les suspectes ont participé à ce délit car elles avaient des difficultés financières.

Me Jenny Mootealloo, avocate de la quinquagénaire, a demandé une peine autre que la prison pour sa cliente, voire des travaux d’intérêt général, durant sa plaidoirie. Me Yudish Lutchmeenaraidoo, avocat de la trentenaire, demande quant à la lui de prendre en considération la situation financière de sa cliente. La sentence sera prononcée le 24 avril.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires