Marathon de Boston: le Japonais Kawauchi gagne et bat le champion du monde

Avec le soutien de
Le Japonais Yuki Kawauchi vainqueur du marathon de Boston le 16 avril 2018

Le Japonais Yuki Kawauchi vainqueur du marathon de Boston le 16 avril 2018

Le Japonais Yuki Kawauchi a remporté lundi le marathon de Boston, dans le nord-est des Etats-Unis, surclassant sous la pluie le tenant du titre et champion du monde kényan Geoffrey Kirui, tandis que Desiree Linden a offert à l’Amérique sa première victoire depuis 1985.

Cette 122e édition du marathon de Boston, qui se disputait cinq ans après la double attaque terroriste ayant frappé l’épreuve en 2013 (3 morts, 264 blessés), s’est déroulée sous une pluie continue, des bourrasques de vent et des températures au plus bas depuis trois décennies, avec 3°C au départ.

Dans ces conditions, Yuki Kawauchi a distancé le favori de l’épreuve dans les deux derniers kilomètres et remporté la course en 2 h 15 min 58 sec, 2 min 25 secondes de mieux que Geoffrey Kirui. L’Américain Shadrack Biwott a pris la 3e place.

«C’est le plus beau jour de ma vie», a exulté, en larmes, Yuki Kawauchi après sa victoire. «C’est Boston. C’est la plus grande course du monde.»

Il s’agit de la cinquième victoire consécutive du marathonien nippon, qui a remporté l’an dernier celui de Hofu au Japon, le marathon du Nouvel An à Marshfield, dans le Massachusetts, le Kitakyushu également au Japon et le marathon taïwanais de Wanjinshi.

Le champion du monde Kirui n’a lui pas réussi à imiter son compatriote Robert Kipkoech en remportant deux fois d’affilée le marathon de Boston.

Chez les femmes, Desiree Linden a remporté la victoire en 2 h 39 min 54 sec, devant sa compatriote Sarah Sellers, deuxième à 4 min 10 sec et la Canadienne Krista Duchene, troisième à 4 min 26 sec.

Cela faisait 33 ans et la victoire de Lisa Larsen Weidenbach qu’une coureuse américaine n’avait pas remporté ce marathon.

«J’adore cette ville, cette course», a déclaré celle qui avait manqué la victoire de deux petites secondes en 2011, puis avait fini quatrième en 2015 et 2017. «C’est une course qui compte pour toute la ville. Même un jour comme celui-ci avec (une météo) terrible, les gens sortent et suivent la course.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires