«Singleholic»: Hollywood se ramène à Maurice

Avec le soutien de
Le producteur américain Milan Selassie marque avec «Singleholic» son second film en tant que producteur.

Le producteur américain Milan Selassie marque avec «Singleholic» son second film en tant que producteur.

Après un premier film hollywoodien l’an dernier, un nouveau projet américain s’invite à Maurice : Singleholic, du producteur Milan Selassie. La pré-production du film, qui durera cinq semaines a, d’ailleurs, déjà démarré il y a deux semaines. Le tournage durera, lui, un mois. 

Singleholic, qui s’inscrit dans le genre comédie romantique, est l’histoire d’une femme qui se réveille le matin de ses 48 ans et décide qu’il est l’heure de se ranger et se marier, nous explique posément le producteur américain. La protagoniste enchaîne alors les rencontres avant de se rendre compte que le plus important, c’est de sentir bien dans sa peau. 

Le but de ce film, avance Milan Selassie, c’est de transmettre un message aux femmes pour leur dire qu’il n’est pas nécessaire de faire les choses d’après des structures sociales. Car en voulant plaire à tout le monde, on risque de finir malheureux. Un message opposé à celui de Hollywood, nous dit-il, qui est généralement : «find a man, be happy, have kids…» Sa philosophie est de faire des films «to make people think, feel and smile». Tant et si bien qu’il en a fait le slogan de sa compagnie, Intelligent Media Productions. Parce qu’il est, avant tout, «part of this world, and I would like to leave it in a much better place». 

Pourquoi avoir choisi Maurice pour cette production américaine ? La réponse tient d’abord en quelques mots : Film Rebate Scheme. Alors qu’il envisageait de tourner son second film en Afrique du Sud, à l’instar du premier, Back to School Mom, il entend parler de Maurice lors de son séjour, là-bas. On est alors en juin 2017. Le producteur américain avoue que, dans un premier temps, c’est ce système de rabais sur les frais de production à Maurice qui l’a intéressé. 

Milan Selassie commence par se renseigner et contacte le Board of Investment. Au bout de plusieurs transferts de ligne, il tombe sur quelqu’un qui lui fournit toutes les informations dont il a besoin. Deux jours plus tard, le producteur américain réserve son billet d’avion, direction Maurice. Il se pose cependant des questions sur le coût de faire des affaires dans l’île...  

Débute alors un marathon. Il arrive un dimanche, entreprend des démarches pour mettre en place sa compagnie le lundi et le jour suivant, dit-il, «I got my business registration». Les choses se sont, par la suite, enchaînées rapidement. Et plus il voyageait dans l’île et rencontrait des gens, plus il se rendait compte du potentiel de Maurice, à la fois du pays et des habitants. Tous ces facteurs combinés, fait ressortir le producteur, font que «I was like: ‘I want to shoot this movie here’. (…) I’m really glad that I did».

«Resiliant, hardworking, dedicated...» Milan Selassie ne tarit pas d’éloges à l’égard des Mauriciens avec lesquels il travaille. D’ailleurs, il affirme ne pas s’en faire pour la main-d’œuvre locale dans cette industrie «because Mauritians are very resourceful». D’ajouter que «there is a keen desire to learn. When they have a real interest, the level of work that they do is impressive».

Ce que déplore toutefois Milan Selassie, c’est le manque de facilités pour la post-production. «If there were facilities, people like me would keep their production here. It would be ideal if there were more equipment, post-production companies and gear equipment companies», lance-t-il.

En l’absence d’infrastructures adéquates, le producteur se verra dans l’obligation de rediriger toute son équipe et son réalisateur en Afrique du Sud. Ce qui engendrera des coûts additionnels et prendra du temps. N’empêche, enthousiaste, il avoue : «I look forward to shoot all of my movies here.» Si le scénario le permet, évidemment.

Entre-temps, Milan Selassie se dit incroyablement honoré d’être à Maurice et d’avoir reçu le soutien des Mauriciens, lui qui met un point d’honneur sur le respect de la culture et de l’autre. Et confie être parallèlement très impatient de découvrir ce que lui réservent les deux prochains mois ici.

«It’s going to be tough, but I have a strong faith in God. No matter how challenging any aspect of my production may be, I have faith that my values are in alignment to what I think is right», conclut-il. «It’s that faith that allows me to think that everything is going to work out the way it should be.»
 


Un casting international

Pour son second film en tant que producteur, Milan Selassie s’est offert un casting d’acteurs qu’on ne présentent plus dans le milieu, qu’il qualifie d’«amazing». Ainsi, on retrouvera à l’écran l’acteur Tyson Beckford; Tasha Smith, de la série à succès Empire; Elisabeth Röhm; Erica Ash, une des actrices principales du film Uncle Drew, attendu en juin; Steven Bishop, l’ancien base-baller; Rob Morgan, qui a récemment été vu à l’affiche du drame historique Mudbound, nominé aux Oscars cette année; et Adrian Martinez. 

Mais, ce n’est pas tout. «We also have some really good roles that we are carving out for Mauritians», nous révèle le producteur. D’ajouter que les auditions en ce sens, qui ont débuté le 13 avril, devraient durer jusqu’à la semaine prochaine.

Tyson Beckford et Elisabeth Röhm sont parmi les acteurs du film. 
Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires