Centres de fitness: l’examen par région en marche

Avec le soutien de
L’Eastern Vehicle Examination Station à Laventure conteste le projet de régionalisation.

L’Eastern Vehicle Examination Station à Laventure conteste le projet de régionalisation.

Éviter les maldonnes, réduire les congestions et assurer que les contrôles soient faits dans les meilleures conditions possibles… Autant de raisons sont avancées pour justifier la régionalisation des centres privés d’examen technique (fitness) des véhicules. «Actuellement, les conducteurs ont la liberté d’aller dans le centre de fitness de leur choix, peu importe où ils habitent. Par exemple, quelqu’un qui habite Flacq peut faire examiner son véhicule à Plaine-Lauzun. Mais une fois que la loi sera appliquée, ce ne sera plus possible», fait-on valoir dans le milieu.

La décision de régionaliser les centres de contrôle technique a été annoncée et ratifiée par le conseil des ministres. À l’hôtel du gouvernement, on explique que le dossier avance et que la loi devrait être amendée en conséquence, affectant ainsi les propriétaires des 500 000 véhicules sur nos routes.

Les centres privés d’examen des véhicules sont entrés en opération en 2016. Il y en a trois : l’Eastern Vehicle Examination Station à Laventure, Autocheck à Plaine-Lauzun et SGS Co Ltd à Forest-Side. Toutefois, dans les milieux proches du dossier, on indique avoir reçu des plaintes en ce qui concerne les vérifications des véhicules.

Rabais

«Des lettres reçues parlent d’agents qui représentent une cinquantaine de véhicules et qui négocient pour tous les faire examiner dans un lieu, en échange d’un rabais», souligne-t-on. Et d’ajouter que dans d’autres cas, la National Transport Authority (NTA) serait en présence d’informations selon lesquelles certains véhicules échoueraient dans certains centres mais ces mêmes véhiculent réussiraient les contrôles dans d’autres.

La régionalisation va ainsi permettre d’éviter ces situations. Les conducteurs ne pourront que fréquenter le centre de fitness qui se trouve dans leur région. Par conséquent, il est prévu que les frontières des régions soient complètement redessinées.

Les véhicules enregistrés ainsi que l’adresse des propriétaires devraient être catégorisés selon les régions définies. «Tout sera fait pour donner aux centres de fitness leurs chances égales. Leurs revenus ne seront pas affectés. Les frontières seront bien établies», explique-t-on.

Quid d’un quatrième centre de fitness qui fait déjà polémique ? L’on souligne que le premier appel d’offres, lancé sous l’ancien gouvernement, parlait déjà de quatre centres de vérification technique. Toutefois, seuls trois ont été choisis.

Mais des consultations approfondies devraient être entreprises pour mener à bien ce projet, surtout en ce qui concerne la délimitation des zones. En ce qui concerne l’endroit où le quatrième centre de fitness va opérer, l’on soutient que c’est une décision «sensible».

Le contestataire

L’Eastern Vehicle Examination Station a fait servir une mise en demeure à la NTA le mois dernier, car la direction refuse la régionalisation des centres d’examen technique. Parmi les points cités : le chiffre d’affaires qui risquera de baisser et l’impossibilité de refuser les clients qui viennent des quatre coins du pays. Mais, à l’hôtel du gouvernement, on indique que les frontières n’ont pas encore été redéfinies. «Comment l’Eastern Vehicle Examination Station peut-il savoir si vraiment il dessert actuellement un tiers des véhicules ?» se demande-t- on. Nous avons tenté de joindre les propriétaires du centre mais ils sont restés injoignables.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires