Harcèlement dans le milieu sportif: la gymnastique du tabou

Avec le soutien de
Kaysee Teeroovengadum a été accusé d’attouchements sexuels par l’athlète Jessica Rosun.

Kaysee Teeroovengadum a été accusé d’attouchements sexuels par l’athlète Jessica Rosun.

Le cas Jessica Rosun interpelle. La lanceuse de javelot a accusé le chef de mission aux Jeux du Commonwealth, Kaysee Teeroovengadum, d’attouchements et de harcèlement. Même si depuis, celui-ci a été prié de «step down» et doit faire face à la justice australienne, cette affaire a levé un lièvre. Certains ont-ils tendance à confondre sport et sport au lit? Incursion.

Les témoins potentiels ne courent pas les rues. Redoutant les représailles, des sportifs n’osent pas parler de leur «expérience». Le harcèlement, moral ou physique, les remarques salaces, les attouchements, tous ces sujets sont tabous dans le milieu…

Les allégations d’attouchements et de harcèlement formulées par l’athlète Jessica Rosun à l’encontre de Kaysee Teeroovengadum, ancien chef de mission aux Jeux du Commonwealth à Gold Coast, en Australie, ont provoqué des remous. Plusieurs sportifs ont apporté leur soutien à la lanceuse de javelot, qu’ils qualifient de battante. Elle a osé dire ce que beaucoup ne veulent avouer. Car «il existe d’autres cas dans le milieu sportif», s’empresse de dire une interlocutrice.

Elle a été victime, dit-elle, de harcèlement moral, verbal, sans jamais avoir le courage de dénoncer celui qui la terrorisait. «On nous menace, on nous fait comprendre qu’on ne fera plus partie de la sélection si on ose élever la voix. On pense aux années d’entraînement, aux sacrifices, aux proches et alors on prend la décision de se taire, on préfère subir….»

Les places sont chères

Pour se protéger de ce «démon» qui se faisait passer pour un ange, elle s’arrangeait pour être en compagnie d’autres sportifs, histoire de ne jamais se retrouver seule avec lui. «Quand il ouvrait la bouche, c’était toujours pour passer une remarque à connotation sexuelle. Il utilisait des métaphores salaces, des verbes comme caresser, embrasser, pour nous dire ce qu’il fallait faire…»

Cette jeune femme, qui pratique un sport en équipe, soutient qu’à l’époque, personne n’a osé dire quoi que ce soit, à qui que ce soit. Par peur. «Les places étaient chères au sein de la sélection, il fallait rester tranquilles si on voulait avoir notre chance.» Fait notable, les filles n’étaient pas les seules à avoir droit aux allusions implicites, aux commentaires mal placés. «Enn fwa, linn dir nou si nou anvi servi nou pwagné, bizin pratiké. Linn dir sé enn overnight exercise sa, ek linn get bann garson.»

Toutefois, comme il n’a jamais été «plus loin», collectivement, les membres de l’équipe ont décidé de l’ignorer et de reléguer ses dires au second plan. «Ce genre de comportement n’était pas notre priorité, surtout que nous avions plusieurs grandes compétitions à préparer. La vie d’un sportif est super dure à gérer. Ces épreuves nous rendent aussi plus forts…»

«On nous menace de nous renvoyer si nous en parlons», renchérit une autre sportive. À Maurice, mais également dans bon nombre de pays, c’est la loi du silence qui prime dans ce milieu où la «manipulation» du corps, la proximité, laissent parfois place à l’ambiguïté. Dans le cas de notre interlocutrice, il se trouve qu’elle doit faire face à un représentant de sa fédération qui a les mains baladeuses… «Souvent, il me caresse le dos, effleure mon corps. Je lui demande d’arrêter, je lui lance des regards noirs, mais il rigole. Il me dit que je ne pourrais rien faire contre lui…» Si les victimes refusent d’en parler, aussi, c’est souvent pour éviter d’être stigmatisées, de faire la une des journaux, de devenir la bête noire. Sans parler du regard des autres et la peur d’être sanctionnées, mises à l’écart.

 Autant de raisons qui lui fait dire que le tabou a encore de beaux jours devant lui.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires