Trianon Shopping Park: «gros litige» avec Shoprite

Avec le soutien de
Des décorations de Pâques cachent les rideaux de fer de l’hypermarché.

Des décorations de Pâques cachent les rideaux de fer de l’hypermarché.

Cinq mois depuis que le Trianon Shopping Park a repris ses activités. Si toutes les enseignes sont opérationnelles, seul Shoprite reste fermé. Et personne sur place ne sait pourquoi l’hypermarché sud-africain – une des principales «attractions» du centre commercial avec le food-court – n’est toujours pas opérationnel. Cela, alors que la réouverture avait été annoncée pour mars. Interrogé, Danil Ismaël, propriétaire de Trianon Shopping Park, indique qu’il y a un «gros litige» avec le locataire. Il ne souhaite pas en dire davantage pour le moment.

Quid du mood qui règne au Trianon Shopping Park en ce moment ? À 11 heures vendredi, le centre commercial est pratiquement désert. Malgré les vacances scolaires, seuls quelques visiteurs flânent dans les allées, beaucoup plus fréquentées durant le week-end.

Un des agents de sécurité affirme que depuis que Shoprite n’opère plus, les visiteurs se raréfient. Selon lui, l’hypermarché contribuait à attirer les foules. Jessica Telcide et Marie-Michelle Rannoojee, deux vendeuses travaillant dans des magasins sis à proximité affirment, elles, que depuis la fermeture de l’hypermarché, les recettes ont baissé. «Dimounn ti pé vinn fer zot komision ek fer enn ti létour dan magazin.» La situation est telle que le propriétaire du magasin a dû prendre congé de deux employées. «Péna travay mem», lancent nos interlocutrices, dépitées.

Devant l’enseigne de Shoprite, fini la grisaille des rideaux de fer, résolument baissés. Une publicité du Trianon Shopping Park apporte une touche de couleur à la devanture. Des mots comme «elegant», «joy», «fabulous» ou encore «gratitude» tentent de faire oublier le drame qui s’est joué en ce lieu.

Devant, on y trouve un podium. Il date des fêtes de Pâques. Il a été aménagé pour les enfants qui veulent se faire prendre en photo. Un espace aménagé pour mettre un peu de gaieté en ce lieu qui a été témoin d’une tragédie le 12 novembre dernier. Le feu avait éclaté dans l’entrepôt de Shoprite, ce qui avait coûté la vie à un des employés, Dinesh Domah, dont le corps avait été retrouvé le 19 novembre… En se rapprochant des «shutters», on constate qu’une odeur de fumée flotte toujours dans l’air.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires