Rivière-des-Anguilles: les habitants de la falaise bientôt relogés ?

Avec le soutien de
Des experts ont effectué des visites mais les autorités tardent à agir.

Des experts ont effectué des visites mais les autorités tardent à agir.

L'on compte plus d’une vingtaine de familles qui habitent le long de la route principale de Rivière-des- Anguilles et qui vivent sur une falaise.

C’est une scène insolite à laquelle on a eu droit lors d’une visite des lieux. De la route principale, l’on ne se rend pas compte que l’arrière de ces maisons donne sur la falaise de la rivière.

Certes, la vue est superbe mais cela représente aussi un danger potentiel pour ces habitants car l’on décèle aussi des risques de glissement de terrain dans cette zone. Des rochers se sont même détachés de la falaise après une grosse averse l’année dernière.

Les bambous qui recouvrent la falaise sont arrachés par le mauvais temps et cela inquiète grandement les habitants.

«La terre s’en va peu à peu et cela peut causer de plus gros problèmes à l’avenir», nous dit Calinghee Youvarassen, qui habite une des maisons sur la falaise.

En 2013, racontent les habitants, des experts japonais, mandatés par le gouvernement de l’époque, s’y étaient rendus pour un constat et leur rapport condamnait les habitants à être relogés.

Kamalshaw Gajadur, le président du conseil de district de Savanne, est sur la même longueur d’onde :

«Les habitants doivent être évacués avant qu’il ne soit trop tard !» Les caprices de Dame Nature depuis le début de cette année ajoutent une couche à l’urgence de la situation.

Les habitants se disent dans le flou concernant leur relogement. «Le ministère du Logement et des terres nous a parlé du relogement et des officiers sont aussi venus pour une visite mais après il n’y a eu plus rien. On ne sait pas où, quand et comment on sera relogés», nous fait part une habitante.

«Les rapports qui nous condamnent à être relogés tombent mais on ne sait pas ce que les autorités vont faire de nous», ajoute Calinghee Youvarassen. Il est aussi d’avis que tous ne veulent pas être relogés car «ils ne veulent pas quitter leurs maisons».

Le National Disaster Risk Reduction and Management Centre, en collaboration avec le conseil de district de Savanne, a fait une visite des lieux le mois dernier pour une évaluation des risques. Mais, pour l’heure, l’on s’en tient à ces visites et rien de concret ne se matérialise.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires