Xavier Duval: «Des pressions sur Jessika Rosun pour qu’elle ne dénonce pas Teeroovengadum»

Avec le soutien de
Le leader de l’opposition était face à la presse, ce mercredi 11 avril.

Le leader de l’opposition était face à la presse, ce mercredi 11 avril.

«Sé bann gro vant ki pé kontrol sport morisien…» Et pour Xavier-Luc Duval, le sport à Maurice est «malade et pourri». Raison pour laquelle le leader de l’opposition réclame une enquête sur, entre autres, le Comité olympique mauricien (COM). Il était face à la presse, ce mercredi 11 avril.

Xavier-Luc Duval montre du doigt la réaction du COM après que la lanceuse de javelot Jessika Rosun a accusé Kaysee Teeroovengadum de harcèlement et d’attouchements. «Au lieu d’encourager les gens à dénoncer les cas de harcèlement, le COM a fait tout son possible pour soutenir l’accusé et non la victime», s’insurge-t-il.

Pire, allègue le leader de l’opposition, «il y aurait eu des pressions sur Jessika Rosun pour qu’elle ne le dénonce pas à la police». Sans compter qu’«elle n’aurait même pas bénéficié d’un conseil légal»

Ce n’est pas tout. Xavier-Luc Duval soutient que le COM aurait menti dans son communiqué. «Lorsque le cas a été rapporté officiellement le 1er avril, le COM a déclaré que Kaysee Teeroovengadum s’est rendu à la police le même jour. C’est faux ! Ce n’est que deux jours après qu’il s’y est rendu.» 

«Au lieu d’encourager les gens à dénoncer les cas de harcèlement, le COM a fait tout son possible pour soutenir l’accusé et non la victime.»

Et comment se fait-il que l’ex-chef de mission de la délégation mauricienne aux Jeux du Commonwealth, en Australie, soit resté dans la chambre située vis-à-vis de celle de Jessika Rosun après qu’elle a porté des accusations contre lui ? Ce n’est que le 5 avril qu’on lui aurait demandé d’en changer, maintient-il.

Pour toutes ces raisons, le leader de l’opposition estime qu’«il faut une enquête indépendante pour situer les responsabilités de tout un chacun et savoir qui contrôle le COM». Parlant de «magouilles» lors les élections du COM, Xavier-Luc Duval affirme que «depwi lontan pa inn gagn vré éleksion. Dernié fwa ti an 2013. Ek an 2013 fos fédérasion inn kréé»

Il est clair, ajoute Xavier-Luc Duval, que la Sports Act n’est pas assez sévère. «Le sport semble être au service des dirigeants, au lieu du contraire…»
 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires