Affaire Sobrinho: le Board of Investment pas tiré d’affaire

Avec le soutien de
C’est peu avant 20 heures hier soir que Ken Poonoosamy a quitté le quartier général de l’ICAC à Réduit. Il était accompagné de son avocat, Me Vimalen Reddi.

C’est peu avant 20 heures hier soir que Ken Poonoosamy a quitté le quartier général de l’ICAC à Réduit. Il était accompagné de son avocat, Me Vimalen Reddi.

Le défilé des protagonistes dans l’affaire Álvaro Sobrinho se poursuit à la Commission anticorruption (ICAC). Celle-ci devra procéder prochainement à l’interrogatoire de Dass Appadu, ancien secrétaire à la présidence de la République et CEO de Vango Property. S’ensuivra celui de Bernard Maigrot, le directeur exécutif de Royal Park Ltd.

Au niveau de l’ICAC, on laisse toutefois entendre que les dates des auditions n’ont pas encore été finalisées. «Nous essayons de constituer des dossiers solides avant de passer à l’étape supérieure», explique une source interne.

Le retour de Sydney, Bathfield, Chairman de Royal Park Ltd, dans les locaux de la commission, à Réduit est prévu cette semaine. Les enquêteurs tentent de corroborer les versions et documents fournis par Sydney Bathfield avec ceux du défunt Board of Investment (BoI).

Ken Poonoosamy, l’ex-Managing Director du BoI est reparti libre, hier, lundi 9 avril, après plus de cinq heures d’interrogatoire. Il est arrivé au siège de l’ICAC peu après 14 heures pour le deuxième volet de sa déposition.

«Mon client est interrogé à titre de témoin», a fait ressortir son homme de loi Me Vimalen Reddi, hier après-midi. Il explique que Ken Poonoosamy a fourni des explications sur un nombre important de dossiers relatifs à Alvaro Sobrinho. Ce qui expliquerait les longues heures passées à la commission.

L’ancien directeur général du BoI a été appelé afin d’éclairer les enquêteurs sur les différentes étapes suivies dans l’octroi de permis aux sociétés du milliardaire angolais. Parmi elles, les conditions dans lesquelles le BoI a donné son feu vert à Vango Property pour procéder à l’acquisition de 12 propriétés résidentielles sous le Property Development Scheme, pour un montant de Rs 355,25 millions.

Parmi les dossiers passés à la loupe, les procès-verbaux des différentes réunions menant à la décision du BoI de permettre l’octroi des droits de réservation. L’ICAC s’intéresse en particulier à la réunion où le BoI avait sollicité les avis juridiques du State Law Office et de deux Senior Counsels, en l’occurrence Mes Rishi Pursem et Maxime Sauzier. Ce dernier s’était d’ailleurs prononcé contre cette transaction. Autres dossiers scrutés, les différentes demandes faites par l’homme d’affaires angolais allant de son Occupation Permit jusqu’à ses différents plans d’investissements.

Un peu plus tôt dans la journée, des officiers de l’ICAC ont fait une nouvelle descente dans les locaux de l’Economic Development Board (ex-BoI) au Cathedral Square, à Port-Louis. Si certains documents ont été saisis, d’autres plus confidentiels ont été consultés sur place, indique une source proche du dossier. Il s’agissait de vérifier les dires de Ken Poonoosamy lors de son passage à l’ICAC, vendredi dernier.

Lors de cet exercice de clarification, des employés du département Hospitality qui ont travaillé sur les dossiers d’Álvaro Sobrinho ont aussi été appelés à apporter certaines précisions.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires