Affaire Sobrinho: l’interrogatoire de Bernard Maigrot considéré comme «décisif»

Avec le soutien de
L’interrogatoire de Bernard Maigrot devrait donner une tout autre ampleur à l’enquête de la commission anticorruption.

L’interrogatoire de Bernard Maigrot devrait donner une tout autre ampleur à l’enquête de la commission anticorruption.

«Décisif.» C’est ainsi que l’on qualifie, dans les milieux concernés, l’interrogatoire prochain de Bernard Maigrot, un des Executive Directors de Royal Park. Il se pourrait que ce partenaire de Royal Park Balaclava Ltd, promoteur chez qui Álvaro Sobrinho voulait s’acheter plusieurs villas, soit convoqué à l’Independent Commission against Corruption (ICAC) cette semaine. Le milliardaire angolais a investi dans la société immobilière, qui vend des villas de luxe.

L’interrogatoire de Bernard Maigrot devrait donner une tout autre ampleur au volet de l’enquête sur Álvaro Sobrinho, consacré aux villas de Royal Park. D’autant que Bernard Maigrot est un proche de membres très influents du gouvernement.

Dans son entourage, on laisse entendre qu’il a participé à des réunions portant sur les investissements d’Álvaro Sobrinho au plus haut sommet de l’État.

Avant lui, cependant, Sydney Bathfield devra se rendre dans les locaux de l’ICAC pour la fin de son interrogatoire. Ce qui pourrait bien intriguer les limiers de l’ICAC : selon la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act de 2002, les parties prenantes doivent rapporter à la Financial Intelligence Unit tout doute sur la provenance de l’argent d’un éventuel investisseur. Une source dans ces milieux explique que la société aurait, d’ailleurs, dû avoir effectué un «background check» sur Álvaro Sobrinho…

Outre Ken Poonoosamy et Sydney Bathfield, la convocation de Dass Appadu est attendue. Et il n’est pas à écarter que des hauts gradés du BOI soient convoqués. René Leclézio, en particulier, ancien membre du conseil d’administration du BOI qui a démissionné à cause de l’affaire Álvaro Sobrinho, pourrait intéresser les limiers de l’ICAC dans les jours à venir.

Ces derniers devront déterminer comment le conseil d’administration du BOI est passé d’un refus à un «oui avec conditions» en ce qui concerne les investissements immobiliers d’Álvaro Sobrinho. Il se pourrait même que l’ICAC ouvre d’autres enquêtes se rapportant à l’affaire Álvaro Sobrinho.

Possible convocation d’Ameenah Gurib-Fakim

Autre volet de l’enquête : celui de la State House. En ce sens, une convocation de l’ancien secrétaire à la présidence, Dass Appadu, pourrait avoir lieu dans le courant de la semaine.

À l’ICAC, l’on ne veut pas, cependant, se prononcer sur le timing de cet interrogatoire très attendu. Les limiers attendent d’être en présence d’«un dossier solide» avant de procéder à la convocation de l’actuel secrétaire permanent de la fonction publique.

Une convocation, bien que qu'elle ne soit pas immédiate, de l’ex-présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, n’est pas, non plus, à écarter. Peut-elle refuser de s’y rendre ? Tout dépendra si elle est convoquée comme suspect ou témoin.

Enquête élargie

Il n’est pas à écarter que l’ICAC élargisse ses investigations au cours  de la semaine. À ce lundi 9 avril, les limiers mènent une enquête à quatre volets : l’achat de berlines par Álvaro Sobrinho, son intérêt pour des investissements au sein de Royal Park, le rôle du BOI et celui joué par Dass Appadu et aussi bien que d’autres occupants de la State House. Cependant, à la lumière de nouvelles informations, il se pourrait que l’enquête soit élargie pour inclure plusieurs autres volets cette semaine. On ne se prononce, cependant, pas sur la portée de ces nouveaux chapitres…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires