100e anniversaire: «Un secret de longevité? Il n’y en a pas!» lance Marie Virginia Potiah

Avec le soutien de
Marie Virginia Potiah a soufflé ses cent bougies durant la semaine écoulée.

Marie Virginia Potiah a soufflé ses cent bougies durant la semaine écoulée.

Cent printemps mais toujours fringante. Elle travaille les champs, fait le ménage, s’occupe… À voir Marie Virginia Potiah s’affairer, difficile d’imaginer qu’elle a eu 100 ans durant la semaine écoulée. Pourtant…

Si elle a arrêté de travailler dans les champs à 90 ans, elle n’a jamais vraiment quitté son «karo», disent ses proches. «Li pa kapav res anplas, li kontan fer louvraz», souligne une de ses arrière-petits-enfants, Keshinee. Selon elle, la centenaire passe le balai et aide à d’autres tâches ménagères à la maison.

«Lontan li ti kontan get TV, mé li pa tro trouv bien aster. Li’nn arété net. Li pass so lazourné nétwayé», poursuit-elle. C’est quoi son secret pour une santé de fer ? A-t-elle découvert l’élixir de jouvence ? «Rien de tout ça. Il n’y en a pas», répond la centenaire. «Je ne suis pas végétarienne. Mo manz tou»¸ précise-t-elle. D’ailleurs, elle n’a pas de plat préféré, insiste-t-elle.

Toutefois, elle est très croyante. «Elle sait que Dieu la protège et que c’est grâce à sa dévotion qu’elle est toujours là, avec ses proches, et en quasi bonne santé. Tou lé zédi ek vandrédi li karem. Zamé li bliyé malgré so laz», soulignent les proches.

«Bobo bien gaté kot nou»

Si elle a emménagé à Goodlands depuis son mariage, Marie Virginia Potiah a d’abord habité à Petit-Verger, St-Pierre. Elle s’est mariée à l’âge de 18 ans. «Li abitié rakont nou so lavi. Li ti pov, so misié ti labourer», avancent-ils. Elle aussi d’ailleurs. C’est le seul travail qu’elle ait exercé de sa vie. «Li finn telman kontan séki li fer ki mem dan so vié zour li ti pé al dan karo.»

Son mari, lui, est décédé en 1968. Depuis, elle a élevé seule ses cinq enfants. Même si la vie n’a pas gâté Marie Virginia Potiah côté matériel, elle a été riche en amour. «Nou tou la pou li. Li pa mank nanyé. Zot tou get li bien. Bobo, so ti nom gaté sa, bien gaté kot nou», avancent ses proches. D’ailleurs, pour les 100 ans de cette dernière, ses cinq enfants, une trentaine de petits-enfants, une trentaine d’arrière-petits-enfants et dix arrière-arrière-petits-enfants ont contribué financièrement pour la grande fête.

«Vous vous imaginez, nous sommes une famille nombreuse et nous avions organisé une fête grandiose dans un hall, à Goodlands, pour Bobo», explique Keshinee. «Apré nou finn donn li tou bann zafer ki nou koné li pou servi, comme des serviettes et des vêtements.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires