Affaire Sobrinho: Bernard Maigrot entendu par l’ICAC la semaine prochaine

Avec le soutien de
Bernard Maigrot, directeur exécutif du luxueux projet immobilier Royal Park, sera entendu par l’ICAC.

Bernard Maigrot, directeur exécutif du luxueux projet immobilier Royal Park, sera entendu par l’ICAC.

La convocation de Bernard Maigrot, un des Executive Directors de Royal Park, ne saurait tarder. C’est ce qui ressort des milieux proches du dossier à l’Independent Commission against Corruption (ICAC).

La commission anticorruption qui est chargée d’enquêter sur toute l’affaire Sobrinho est passée à la vitesse supérieure cette semaine. Sydney Bathfield, le président du conseil d’administration de Royal Park Balaclava Ltd, a déposé mercredi après-midi à titre de témoin. Accompagné d’un de ses hommes de loi, Me Sailesh Seebaruth, il a passé plus de trois heures au quartier général de l’ICAC. Selon nos recoupements d’informations, c’est Sydney Bathfield qui aurait signé tous les documents relatifs aux investissements du milliardaire angolais dans la société immobilière.

Le Chairman, muni de ses documents, a expliqué les circonstances dans lesquelles ces acquisitions ont été faites. Aux enquêteurs de l’ICAC, il devait indiquer que c’est Bernard Maigrot, client d’Ivan Collendavelloo dans l’affaire Vanessa Lagesse, qui a introduit Álvaro Sobrinho au sein de Royal Park.

Bernard Maigrot, le patron de la promotion de ce luxueux projet immobilier, est un homme de terrain qui a la responsabilité de dénicher et convaincre les investisseurs. Le directeur exécutif actuellement à l’étranger rentrera au pays la semaine prochaine et sera entendu par l’ICAC à son retour au pays.

Retour de Sydney Bathfield à l’ICAC

Sydney Bathfield devrait, également faire son come-back à l’ICAC la semaine prochaine pour la suite de son interrogatoire. Le notaire Nicolas Boullé, celui qui a rédigé les documents, pourrait aussi être auditionné.

Les limiers devront tirer au clair les acquisitions faites par le banquier controversé. Álvaro Sobrihno aurait réservé 34 villas à Royal Park alors que le Board of Investment (BoI) avait donné son feu vert à Vango Property Ltd pour l’acquisition de 12 propriétés résidentielles. Des investissements pour lesquels le principal concerné n’a pas payé la totalité du montant, fait savoir une source àRoyal Park. «Álvaro Sobrinho doit des millions à la société.»

L’une des villas d’Álvaro Sobrinho coûte plus de USD 1,56 million, soit quelque Rs 56 millions. Le 7 avril 2017, lorsque l’affaire a éclaté, Royal Park expliquait dans un communiqué : «Any suggestion, implication or inference that Royal Park Ltd or its subsidiaries are involved in activities which breach any regulation or law of Mauritius is unfounded.»

Royal Park a-t-elle vraiment respecté toutes les procédures ? A-t-elle mené l’exercice de due diligence (vérification nécessaire avant une transaction) comme recommandé par le BoI pour tous les acquéreurs ?

C’est ce que devra établir la commission anticorruption. Les enquêteurs devront aussi établir l’identité de ce Senior Member du gouvernement qui, aux dires de l’opposition, a accordé un traitement princier au milliardaire angolais depuis son arrivée à Maurice.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires