Refus d’appliquer le salaire minimum : 560 firmes risquent une amende

Avec le soutien de
 La période de grâce dont ont bénéficié certaines petites et moyennes entreprises pour l’application du salaire minimum s’est écoulée le 31 mars.

 La période de grâce dont ont bénéficié certaines petites et moyennes entreprises pour l’application du salaire minimum s’est écoulée le 31 mars.

Finie la période de grâce. Le Flying Squad du ministère du Travail et des relations industrielles a décidé de passer à l’action. À partir de ce mois-ci, les entreprises qui n’appliquent pas le salaire minimum se verront infliger une amende de Rs 50 000.

L’unité spéciale du ministère du Travail a déjà visité pas moins de 2 800 compagnies. Environ 560 petites et moyennes entreprises se trouvent sur la liste des compagnies qui ne paient pas le salaire minimum à leurs employés. La période moratoire dont elles ont bénéficié, afin de permettre l’ajustement des payrolls entre autres, est arrivée à échéance le 31 mars.

Un proche du dossier indique que les éléments du Flying Squad seront intraitables en ce qui concerne la nécessité de faire respecter les dispositions de la National Wage Consultative Council Act. «Les employeurs récalcitrants n’ont pas d’autre choix que d’appliquer la loi. Au cas contraire, ils seront poursuivis en cour industrielle par le ministère du Travail et des relations industrielles», explique-t-il.

Le ministre du Travail, Sudesh Callichurn, a déclaré au Parlement, hier, mardi 3 avril, que 80 % des entreprises concernées par le salaire minimum l’ont appliqué à partir du 1er janvier. Il a souligné que la période de grâce accordée à certaines compagnies était due à des raisons techniques. Le ministre s’est dit convaincu que la grande majorité des entreprises qui n’ont pas encore appliqué le salaire minimum se conformeront aux lois du travail à compter de ce mois-ci, car un Notice of Non-Compliance leur a déjà été servi.

Le ministre du Travail a rappelé que la mise à exécution du salaire minimum est devenue une réalité après une série de consultations avec les parties prenantes. Le but final est d’accorder un salaire décent aux employés. Pas moins de 120 000 salariés sont concernés par le salaire minimum national, dont le seuil est de Rs 8 140.

Les employés à temps plein de la zone-franche y ont également droit. Cette somme inclut la compensation salariale annuelle de Rs 360. Ils reçoivent aussi une allocation de Rs 860 de la Mauritius Revenue Authority (MRA), qui ramène leur revenu mensuel à Rs 9 000.

Ceux hors de la zone franche ont droit au salaire minimum national en sus de la compensation salariale de Rs 360. Ce qui leur revient à Rs 8 500 par mois. Ils reçoivent également une allocation de Rs 500 de la MRA pour arriver, eux aussi, à Rs 9 000.

Les employés travaillant à temps partiel ont, eux aussi, droit au salaire minimum national, calculé sur la base du nombre d’heures de travail fourni mensuellement.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires