Affaire Pachee: la contre-autopsie approuvée

Avec le soutien de
Eddysen Pachee a été pris en flagrant délit par la police, samedi 24 mars, alors qu’il préparait de la drogue synthétique.

Eddysen Pachee a été pris en flagrant délit par la police, samedi 24 mars, alors qu’il préparait de la drogue synthétique.

La contre-autopsie que réclamait la famille Pachee par l’entremise de son homme de loi a été approuvée, ce lundi 2 avril, en cour de district de Rivière-du-Rempart.

Eddysen Pachee avait été pris en flagrant délit par la police, samedi 24 mars,  de préparation de drogue synthétique. Arrêté par des limiers de l’Anti-Robbery Squad, l’habitant de Goodlands âgé de 39 ans est mort, lundi, à l’hôpital du Nord. Sa veuve, Aarti Pachee, soutient qu’il a été victime de brutalités policières lors de son arrestation.

Selon l’autopsie pratiquée lundi après-midi par le médecin légiste de la police, il est mort d’un œdème cérébral et avait des blessures à la tête, à la bouche et à la jambe.

La famille d’Eddysen Pachee a alors réclamé une contre-autopsie. Toutefois, cet exercice n’a pas eu lieu le jeudi 29 mars. Les procédures n’auraient pas été respectées. La raison : le Dr Jean Marie Berthezene, un médecin réunionnais qui a été dépêché à Maurice pour cet exercice, ne s’est pas fait enregistrer au Medical Council.

L’avocat de la famille, Ravi Rutnah, s’est aussi heurté à un obstacle. Il n’avait pas encore demandé l’aval du bureau du Directeur des poursuites publiques.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires