Privatisation de l’eau: des syndicalistes manifestent devant le Parlement

Avec le soutien de
Les syndicalistes s’en sont pris surtout au ministre responsable de la CWA, Ivan Collendavelloo.

Les syndicalistes s’en sont pris surtout au ministre responsable de la CWA, Ivan Collendavelloo.

«Privatisation, nou pa lé !» scandaient des syndicalistes massés devant le Parlement ce lundi 2 avril. Ils ont fait une manifestation pacifique pour signifier leur désaccord avec le projet de privatisation de la Central Water Authority (CWA).

Les syndicalistes s’en sont pris surtout au ministre responsable de la CWA, Ivan Collendavelloo. Reeaz Chuttoo, de la Confédération des travailleurs des secteurs privé et public, a lancé : «Collendavelloo, exper sekter privé.»

Selon Radhakrishna Sadien, président de la Government Servants Employees Association, un partenaire stratégique ne garantirait ni une meilleure gestion ni une distribution 24/7 de l’eau. D’ailleurs, ajoute-t-il, avec l’entrée en opération du Bagatelle Dam, la situation se résoudra automatiquement.

Jayen Chellum abonde dans le même sens et cite l’exemple de Veolia en Inde où la compagnie française n’a pu fournir une alimentation ininterrompue malgré les engagements pris. D’autres sont d’avis que la hausse des tarifs  est directement liée à la privatisation de l’organisme.

Du reste, parlant de la privatisation de la CWA, Ivan Collendavelloo a affirmé à l’express que «le dossier devrait être sur la table du conseil des ministres ce mois-ci». Alors qu’il déclarait la semaine dernière que la nouvelle grille a été finalisée, le Deputy Prime Minister fait savoir qu’il y a des retouches à apporter.

«Nou pou met lamé dans ou portmoné», a, toutefois, prévenu Ivan Collendavelloo, en faisant allusion aux gros consommateurs d’eau. Ceux au bas de l’échelle, c’est-à-dire les 50 000 foyers bénéficiant gratuitement des 6 m3 d’eau, en seront exemptés.

«300 000 ménages»

L’association pour la protection des consommateurs affirme qu’il s’agit d’un leurre, car la révision concernera tout de même la majorité des abonnés y compris la classe moyenne. «Environ 300 000 ménages passeront à la caisse», estime le secrétaire général Jayen Chellum.

Au niveau de la CWA, l’on se dit confiant. La situation est qualifiée d’ingérable pour l’organisme avec près de Rs 3 milliards de dettes. Sans oublier, les investissements liés au remplacement des tuyaux à travers l’île et la construction des stations de traitement. Cette majoration est donc une question prioritaire, explique Yousouf Ismaël, directeur de la CWA.

«Suicide politique»

Cette révision devra tout de même recevoir l’approbation du Conseil des ministres. Après plusieurs tentatives ratées, le numéro 2 du gouvernement espère recevoir, cette fois, le feu vert du Premier ministre sur ce dossier politiquement sensible. Certains au gouvernement sont déjà inquiets des répercussions de cette mesure impopulaire. «Ce serait un suicide politique si les nouveaux prix sont appliqués alors qu’on est à un an des prochaines élections générales», prévient un député du MSM. D’autant plus que le gouvernement fait face des critiques concernant la fourniture d’eau 24/7.

La dernière majoration des prix remonte à 2012. C’est Rashid Beebeejaun, le ministre de l’Énergie et des services publics d’alors, qui avait revu les prix à la hausse avec une augmentation de 35 %.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires