Le retard du Pay Research Bureau est inacceptable, martèle Rashid Imrith

Avec le soutien de
Les membres de la FPSOU lors de leur conférence de presse, ce lundi 2 avril.

Les membres de la FPSOU lors de leur conférence de presse, ce lundi 2 avril.

Six mois déjà que le Pay Research Bureau (PRB) aurait dû démarrer le travail en vue de son prochain rapport, selon Rashid Imrith, président de la Fédération of Public Sector and Other Unions (FPSOU). Un retard qu’il juge inacceptable. Le syndicat a alerté le Prime Minister’s Office (PMO) le 19 février. Sauf que la réponse de ce dernier n’est pas au goût des membres de la FPSOU. «Gouvernma pé badin ek kondision travay 83 000 dimounn», martèle Rashid Imrith

La FPSOU a accordé dix jours aux autorités pour rectifier la situation. Au cas contraire, les membres prévoiront une manifestation pacifique et même une grève de la faim pour dénoncer cette affaire. C’est ce qu’a annoncé Rashid Imrith lors d’une conférence de presse, ce lundi 2 avril.

«Le Pay Research Bureau a besoin de trois ans pour rédiger un rapport. Pour qu’il puisse émettre un nouveau document en 2020, il aurait dû commencer à compiler les données depuis 2017. Mais déjà, ce rapport accuse 6 mois de retard car les autorités concernées n’ont pas donné leur feu vert pour que débute ce travail», explique-t-il.

«On a répondu à notre lettre le 6 mars pour nous dire que le cas a été référé au ministère de la Fonction publique.» Mais du point de vue de Rashid Imrith, le PMO serait en train de fuir devant ses responsabilités. «Le ministère de la Fonction publique ne fait qu’appliquer les recommandations du PRB. Il ne donne pas de directives. Là, nous apprenons que l’État à l’intention de fermer le PRB. Il aurait fallu discuter de cela avec les syndicats

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires