Pâques: enfermés dans leur coquille

Avec le soutien de
Marie Janette Vythelingum (au centre) et ses belles-sœurs doivent se serrer la ceinture tous les jours.

Marie Janette Vythelingum (au centre) et ses belles-sœurs doivent se serrer la ceinture tous les jours.

Ils essaient tant bien que mal de garder le sourire. Mais il y a des jours où cela s’avère plus difficile à d’autres. Comme aujourd’hui. Alors que les Mauriciens célèbrent la Pâques, que les tables sont bien garnies, eux, n’ont pas grand-chose à se mettre sous la dent.

Déjà, au quotidien, la vie est un chemin de croix. Ils parviennent à peine à joindre les deux bouts. Comme ces mamans, que nous avons rencontrées à Riche-Terre, qui essaient, bon gré, mal gré, de faire contre mauvaise fortune bon cœur. «Ou pa kav koné kouma léker fermal kan ou bizin dir ou zanfan 2 an ki pa pou kav donn li enn dizef sokola. Sirtou kan li pou trouv so bann kamarad pé gagné», déplore Christina Robertson, mère célibataire, avec trois enfants.

Marie Janette Vythelingum, elle, en a quatre. Les plus grands se sont mariés, il lui reste ses deux petits qui ont 13 et 14 ans. Son mari est décédé, depuis longtemps déjà. «Mo pa travay la plipar di tan. Mo al lav linz pou dimounn kan gagné oubien mo al dan karo. Mé mo péna travay fix», explique-t-elle. Ses deux grands ont eux-mêmes leurs problèmes.

Mais Marie Janette a de la chance. Ses ados sont en âge de comprendre. «Zot dir mwa ‘mama lesli, si to péna kass, to pa pou al kokin. Zot al lékol vant vid parfwa. Mwa, éna dé fwa, mo bwar enn gorzé délo mo dormi

Pour la Pâques, pas de fête, pas de sortie à la mer, pas d’habits neufs. Rien. Quid du repas ? Marie Janette fera en sorte de pouvoir acheter quelques cuisses de poulet. «Mo pou pran dé liv la kwis, mo pou fer enn salad pom dé ter ek mo pou pran enn litre Coca. Samem tou.» Mais il faudra voir si elle parvient à économiser.

Quant aux œufs de Pâques, les Vythelingum n’y pensent même pas. «Kapav 5 roupi mem péna ek nou. Nou pa pou kav permet nou asté sa. Mo koné ki sa ti pou fer zanfan plézir ki nou viv kouma bann fami normal.»

Pour Marie Janette, le plus important, en ce moment, c’est l’état de sa maison et celui de ses proches. Le problème, c’est que les parties en bois «inn pouri net. A tou moman, ou riské trouv mwa pé dormi déor». D’autre part, comme tous ses proches sont dans la même situation qu’elle, Marie Janette ne compte pas leur rendre visite. «Sa dimans la nou pou lakaz mem. Kouma enn zour normal. Si ou vini ou riské mem bliyé ki éna Pâques !»

Mais attention. Même si le repas sera frugal, cela ne veut pas dire que la famille n’a pas observé le carême comme il se doit. «Nou gard la fwa, ki enn zour, nou pou sorti dan sa mizer-la.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires