Jerry Layduhur: la vie en rose

Avec le soutien de

«L’amour des plantes nous a été transmis par notre grand-mère paternelle. De tous mes cousins, c’est moi le plus passionné je pense. Depuis tout petit j’aime les plantes», explique tout de go Jerry Layduhur. Photographe connu tant à travers son métier que ses expositions, c’est auprès des plantes qu’il se ressource après une dure journée de labeur. «Je peux rester dans mon jardin jusqu’à 1 heure voir 2 heures du matin…»

Il remonte l’allée fleurie des souvenirs. Aussi loin qu’il s’en souvienne, la première plante qu’il a mise en terre, c’était une marguerite. Mais comme toute histoire d’amour, il y a des hauts et des bas. «J’avais environ cinq ans quand je me suis perdu, à cause des plantes, à Curepipe. Autrefois, cette ville était différente, le béton n’avait pas encore pris le dessus.» Tandis que ses parents discutaient avec les proches à qui ils étaient venus rendre visite, Jerry s’amusait avec les plantes. Plus il s’enfonçait dans la nature, plus il y avait de belles plantes, raconte-t-il. À tel point qu’il a fini par s’égarer. Mais cet épisode n’a pourtant pas découragé Jerry, qui, aujourd’hui, perd la notion du temps quand il est avec ses roses et autres «chéries».

Il y a un an le photographe a déménagé. «Auparavant j’habitais dans une maison avec grande cour, à Rose-Hill, où il y avait suffisamment d’espace pour planter. Maintenant, je suis à Beau-Bassin, le jardin n’est pas aussi grand, mais elle fait le tour de la maison», raconte-t-il. Assez d’espace pour qu’il puisse s’exprimer, en tout cas. Et si Jerry Layduhur a la main verte, qu’il cultive son art, il a une préférence certaine pour les fleurs. «J’aime particulièrement les chrysanthèmes et les cactus. Quand j’étais en Belgique, il y a environ quatre ans, j’avais acheté une variété de chrysanthème que j’ai mis en terre. J’ai aménagé le jardin à Beau-Bassin et je pense qu’en hiver, qui est la saison des fleurs, la cour sera fleurie…»

Un virus a décimé la plupart de ces cactus mais Jerry Layduhur ne compte pas baisser les bras et la pioche. «Il y a peu, j’ai découvert sur les réseaux sociaux une page dédiée aux passionnés de plantes. Je ne savais pas qu’il y en avait autant à Maurice. J’ai commencé à discuter avec certains et j’ai hâte de leur montrer mon jardin !»

Son histoire d’amour avec Dame Nature ne prendra pas fin de sitôt. «Pour moi, regarder une plante naître et grandir est la plus merveilleuse des sensations. Je ne m’en lasserai jamais.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires