Décès d’Eddysen Pachee: les avocats de la famille réclament la suspension des officiers concernés

Avec le soutien de
Les proches d’Eddysen Pachee soupçonnent qu’il a été victime de brutalité policière lors de sa détention.

Les proches d’Eddysen Pachee soupçonnent qu’il a été victime de brutalité policière lors de sa détention.

«Nous vous demandons, en votre capacité de chef de la police, de faire la lumière sur les circonstances mystérieuses du décès d’Eddysen Pachee et de suspendre les officiers impliqués dans son arrestation et son interrogatoire.» Ce sont là, les requêtes effectuées par le panel d’avocats composé d’Anoup Goodary, Rama Valayden et Ravi Rutnah dont les services ont été sollicités par la famille Pachee. Ils ont adressé une lettre au commissaire de police, ce jeudi 29 mars, demandant également à Mario Nobin de sécuriser les images des caméras de surveillance qui sont placés au poste de police de Rivière-du-Rempart.

Les trois hommes de loi ont dressé la chronologie des événements en soutenant qu’Eddysen Pachee avait été arrêté le 24 mars et détenu au poste de police de Rivière- du-Rempart. «On a cru comprendre qu’il avait été sauvagement brutalisé et torturé par les policiers de ce poste de police. Il avait été emmené à l’hôpital SSRN avant de se présenter devant la Bail and Remand Court», expliquent les trois avocats.

Ils affirment également que la femme du défunt avait logé une plainte de brutalité policière mais qu’Eddysen Pachee est décédé le 26 mars. «Nous réclamons la fermeture de ce poste de police, car c’est un lieu de crime. Les limiers du Scene of Crime Office devront relever des preuves et cette fermeture empêchera toute manipulation des indices qui se trouvent dans ce lieu», disent Mes Goodary, Valayden et Rutnah.

Ils demandent d’emblée la vérification du Diary Book dans lequel les mouvements du détenu ont été notés. Ils ont aussi fait une requête pour que les draps de l’hôpital sur lesquels le détenu aurait dormi soient récupérés à des fins d’analyses. «Nous comptons également demander au Directeur des poursuites publiques d’enquêter les circonstances de ce décès», ont-ils précisé dans leur correspondance.

Pour rappel, Eddysen Pachee est décédé des suites d’un œdème cérébral. L’homme de 39 ans, qui était en détention policière depuis le samedi 24 mars, portait des blessures à la tête, à la bouche et à la jambe. C’est ce qu’a révélé l’autopsie pratiquée dans l’après-midi du lundi 26 mars.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires