Surinam: des activités illicites à Africa Town perturbent les habitants du village

Avec le soutien de
 Portes et fenêtres ont été volées de cette construction (à dr.) qui serait devenue un repaire de drogués. Les villageois rendent les habitants de la cité à côté responsables de leurs maux.

Portes et fenêtres ont été volées de cette construction (à dr.) qui serait devenue un repaire de drogués. Les villageois rendent les habitants de la cité à côté responsables de leurs maux.

Dans le village de Surinam, ceux qui habitent aux alentours d’Africa Town craignent pour leur sécurité. C’est évident. L’on peut facilement s’en rendre compte en voyant les hauts murs qui protègent des habitations autour de ce quartier qualifié de malfamé.

Selon les dires du groupe d’habitants qui nous ont contactés, le trafic de drogue dure et de drogue synthétique s’y déroulerait. D’ailleurs, nous a-t-on indiqué, «plusieurs jeunes du village se sont laissés avoir par ce fléau». Et même si souvent des descentes policières ont lieu, principalement par des éléments de la brigade antidrogue, le trafic perdure.

La raison serait simple affirme une source bien informée : ce ne serait pas seulement les habitants d’Africa Town qui s’y adonneraient mais des personnes «venant du Nord» sont également impliqués.

Des seringues utilisées sont aussi souvent retrouvées sur les bordures de routes; ce qui cause du tracas à ces habitants car «si on se blesse avec, l’on peut contracter des maladies dangereuses telles le VIH-sida» nous a dit une dame qui en a ramassé une devant chez elle.

Elle ajoute avoir même retrouvé une seringue dissimulée entre les branches d’un palmier.

Qui dit drogue, doit aussi faire la liaison avec vols. Au supermarché GSR Riambel, l’on a enregistré plus de cinq au cours des derniers mois.  Les articles les plus prisés : des bouteilles de whisky.

On dénombre aussi quelques vols à l’arraché et chez des habitants. Les vols chez les habitants sont pour le moins insolites.

Toutes les portes et les fenêtres d’un bungalow donnant sur la plage avaient été volées il y a presque un an et depuis cet emplacement, assurément contre le gré de son propriétaire, est devenu une véritable «baz» pour le trafic et la consommation de drogue.

Autre exemple : une maison tout récemment meublée, a été complètement vidée en l’absence de propriétaires. D’ailleurs, plusieurs maisons et lots de terrain sont à vendre dans cette région à cause de ce phénomène. On a aussi fait main basse sur les hautparleurs et les caméras de surveillance d’un temple à proximité d’Africa Town.

Dans tous ces cas des habitants de ce quartier ont été suspectés et arrêtés. Ce qui aurait un effet néfaste sur le tourisme dans la région, estiment ces habitants de Surinam.

Il y a aussi deux boutiques aux alentours d’Africa Town où la vente d’alcool est permise mais la consommation sur place interdite comme stipulée par les licences qu’elles détiennent. Or, des espaces auraient été aménagés à cette fin. Les habitants de Surinam souhaitent que des actions rapides et adéquates soient prises par les autorités afin de mettre un terme à ces fléaux.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires