«Rétrogradé» avec un salaire réduit, l’ex-n°1 du CEB réclame des comptes

Avec le soutien de
Shiam Thannoo est suspendu de ses fonctions depuis le 7 novembre 2016.

Shiam Thannoo est suspendu de ses fonctions depuis le 7 novembre 2016.

Le retour à un salaire mensuel de Rs 328 330 (privilèges tels billet d’avion et autres inclus) et un manque à gagner totalisant Rs 5,01 millions. C’est ce que réclame l’ex-n°1 du Central Electricity Board (CEB) Shiam Thannoo à son employeur par le biais d’une mise en demeure datée du 20 mars. Le CEB avait jusqu’à ace mardi 27 mars pour répondre à cette action légale.

Shiam Thannoo est suspendu de ses fonctions depuis le 7 novembre 2016. Ce, pour «faute grave» dans une affaire d’achat de trois BMW pour le directeur et les directeurs adjoints du CEB en 2014, entre autres. Au changement de gouvernement début 2015, il a été rétrogradé et est passé de directeur général (DG) à chef de département. Il est également passé devant un comité disciplinaire dont la dernière audition remonte à novembre 2017. Depuis, il attend toujours un dénouement.

Dans la mise en demeure rédigée par la Senior Attorney Feroza Maudarbocus-Moolna, l’ancien DG raconte qu’après les dernières élections générales, le ministre des Services publics et de l’énergie Ivan Collendavelloo l’a appelé à son bureau, en présence de la présidente du CEB d’alors, Nirmala Nabab- sing. Pour lui dire qu’il n’était pas pour le maintenir à son poste actuel. Et lui fait trois propositions : prendre sa retraite anticipée, reprendre son précédent poste de chef de département ou la fin de son emploi au sein du CEB.

Seul gagne-pain

Soutenant être le seul gagne-pain de sa famille, le 30 janvier 2015, lors d’une réunion du conseil d’administration, Shiam Thannoo, convoqué à la demande de Nirmala Nababsing, devait déclarer que, vu sa situation, il n’avait d’autre choix «than to accept his reversion back to his previous post as Head of Department».

Dans une lettre, le 2 février 2015, et portant la signature de l’ex-présidente du CEB, il apprendra qu’il aura droit à un salaire de chef de département. Soit Rs 118 600 par mois alors qu’il percevait Rs 185 600 comme DG. Une décision que conteste le principal concerné. Il s’appuie sur les CEB’s Internal Rules and Regulations et prend comme exemple les cas Veeragoo, Goburdhun et Dabeedin (des hauts cadres du CEB), qui malgré leur rétrogradation, continuent chacun de percevoir le même salaire et bénéfices perçus auparavant. Cette requête ainsi que les autres qui ont suivi ne seront pas considérées.

Rappelons que Shiam Thannoo conteste sa suspension ainsi que «les procédures non respectées par le CEB» dans cette affaire. Il a aussi contesté la baisse de son salaire malgré des fonctions et responsabilités additionnelles au ministère du Travail. Du reste, il n’avait pas non plus reçu de bonus de fin d’année en 2016. Et ce n’est qu’après l’intervention de son homme de loi qu’il a obtenu gain de cause. Son dû lui a finalement été versé en mars 2017.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires