Trafic de passeport mauricien: des Congolais devant la justice ce mardi

Avec le soutien de
Le Congolais Bosalo Bosete est considéré comme étant le cerveau présumé de cette affaire.

Le Congolais Bosalo Bosete est considéré comme étant le cerveau présumé de cette affaire.

«Nous sommes des opposants politiques du gouvernement congolais actuel et nous subissons la répression. C’est la raison pour laquelle nous avons fui notre pays.» C’est ce qu’a confié à l’express l’un des sept Congolais arrêtés hier. Ils comparaissent devant le tribunal de Port-Louis ce mardi matin 27 mars. Il y a sept autres de leurs compatriotes qui sont toujours recherchés par la police.

Ces Congolais ont tous utilisé des moyens frauduleux pour obtenir soit une carte d’identité nationale, soit un passeport mauricien. Bosalo Bosete, un informaticien congolais de 26 ans, incriminé dans cette affaire comme étant le présumé cerveau, a été appréhendé à Beau-Bassin le 15 mars. Un autre de ses compatriotes, Francis Enzema Crouche, 25 ans, a, lui, été arrêté à Vacoas. Et mardi dernier, trois Congolaises, détentrices de passeports mauriciens, avaient été interpellées à l’aéroport.

L’enquête est menée par des éléments du Central Criminal Investigation Department (CCID). En début de soirée, hier, les sept Congolais arrêtés se trouvaient dans les locaux du CCID, aux Casernes centrales.

C’est après que six Congolais se soient présentés, en une semaine, au Passport & Immigration Office (PIO), pour une demande de passeport, que les soupçons des officiers de ce département, dont ceux du sergent Ajay Joyeprakash, ont été éveillés. Ce qui n’allait pas : ces six demandeurs de passeports mauriciens seraient, apparemment, tous frères, nés d’une mère mauricienne dans la République démocratique du Congo.

Le chef de l’Immigration, l’assistant surintendant de police Narendrakumar Boodhram, ayant pris l’affaire en main, une descente effectuée à Chemin-Grenier a permis de retrouver la présumée «mère» des Congolais. Interrogée, elle a nié avoir été au Congo et encore moins d’y avoir donné naissance à des enfants.

Elle explique que c’est une habitante du village qui lui avait offert Rs 3 000 pour qu’elle initie la procédure pour l’obtention d’un passeport. Cette femme, Marie Yolande Benoît, 52 ans, a été arrêtée, elle aussi, le jeudi 15 mars.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires