Commission d’enquête sur Gurib-Fakim: Mohamed et Gulbul se prononcent

Avec le soutien de
Mes Raouf Gulbul et Yousuf Mohamed font deux lectures de la situation suivant l’annonce de la commission d’enquête sur Ameenah Gurib-Fakim.

Mes Raouf Gulbul et Yousuf Mohamed font deux lectures de la situation suivant l’annonce de la commission d’enquête sur Ameenah Gurib-Fakim.

La commission d’enquête sur Ameenah Gurib-Fakim suscite bien des réactions au sein du barreau. Deux avocats, Me Yousuf Mohamed, Senior Counsel, qui fait partie du panel d’avocats de l’ex-présidente, et Me Raouf Gulbul se prononcent sur le sujet.

Me Yousuf Mohamed est perplexe quant à la tournure des évènements. «Pourquoi une commission d’enquête sur Madame Ameenah Gurib-Fakim a-t-elle été instituée, au lieu d’une commission d’enquête sur Alvaro Sobrinho et la Platinum Card Il ne comprend pas pourquoi le gouvernement ne veut pas plutôt faire la lumière sur l’Angolais Alvaro Sobrinho. «Kifer pe kasiet Sobrinho se demande-t-il.

«Pas le droit au silence»

L’avocat Raouf Gulbul, proche du Mouvement socialiste militant au pouvoir, fait une autre lecture de cette affaire. Il soutient, pour sa part, qu’étant donné qu’Ameenah Gurib-Fakim n’est plus présidente de la République, elle peut faire l’objet d’une convocation.

«Elle n’est plus protégée sous l’article 30 de la Constitution», poursuit cet interlocuteur, qui ajoute que l’ancienne présidente a l’obligation de répondre aux questions qui lui seront adressées. «Même si ce sera des questions incriminantes, elle devra y répondre. Sinon, elle risque une amende de Rs 5 000. Idem si elle choisit de s’absenter.»

Il explique que la présidente ne préservera pas son immunité. «Si linn azir en déor kontitision, li perdi so iminité.» Se basant sur la Commission of Enquiry Act, Me Gulbul avance que la commission ne peut prononcer un jugement, mais a le droit d’enquêter si l’ex-présidente a violé la Constitution. 

«Ameenah Gurib-Fakim est désormais une simple citoyenne et si elle choisit de faire valoir son droit au silence, cela impliquera qu’elle vise à empêcher à la commission de bien mener son enquête. La question sur le droit au silence ne se pose même pas», réitère l’homme de loi.

Publicité
Publicité

Un nouveau scandale défraie la chronique depuis le mercredi 28 février à Maurice. Cette fois-ci cela concerne ni plus ni moins la garante de notre Constitution, son excellence Ameenah Gurib-Fakim, présidente de la République. Elle a dépensé plusieurs centaines de milliers de roupies pour des achats personnels, entre autres, sur une carte de crédit Platinum offerte par la Planet Earth Institute, la fondation d’Álvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais hautement controversé. Retrouvez tous les articles concernant cette affaire dans notre dossier spécial : Platinum Card. Une enquête exclusive de l’express.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires