Police: bleues et fières de l’être

Avec le soutien de
Un rêve devenu réalité pour Kritika Doomun-Sirputty et Julie Douce-Boobun.

Un rêve devenu réalité pour Kritika Doomun-Sirputty et Julie Douce-Boobun.

Femme, épouse, mère, policière. Kritika Doomun-Sirputty et Julie Douce-Boobun sont tout ça. Et bien plus encore. Elles ont reçu leur lettre de confirmation hier, en tant que Women Police Constables. Un rêve d’enfant qui se concrétise pour ces deux jeunes femmes.

Kritika Doomun-Sirputty a intégré la police peu avant 2015. Précédemment Temporary Police Constable, elle est devenue Trainee Police Constable l’année dernière, avant d’être confirmée par la Disciplined Forces Service Commission.

Dorénavant, la Woman Police Constable Doomun-Sirputty pourra percevoir les salaires et avantages des officiers confirmés. Sur le point de donner naissance à un petit ange, la policière se dit fière de pouvoir servir sa patrie et ses semblables.

Woman Police Constable Julie Douce-Boobun.

De son côté, la Woman Police Constable Julie Douce-Boobun explique que cela a toujours été son désir d’aider les autres, sans parler de son sens du devoir envers la population et le pays. Mère de deux fils de trois et cinq ans, elle se dit extrêmement fière de faire partie de la police mauricienne.

N’est-ce pas compliqué d’être une femme au sein de la police ? Pas du tout, répond la Woman Police Constable Douce-Boobun. Il s’agit surtout d’«avoir la tête bien sur les épaules et de relever les défis du quotidien avec honneur et intégrité». Pour celle qui voue une grande passion aux deux-roues – «cela concerne uniquement les deux-roues, je n’aime pas les voitures», précise-t-elle –, le travail de la police commence avant tout sur le plan individuel. «Nous nous devons d’être irréprochables et de faire notre travail comme il se doit.»

Women Police Constables Kritika Doomun-Sirputty.

Police «propre et intègre»

D’ajouter : «J’aime servir les gens et cela a toujours été ma priorité. Être une femme au sein de la police ne pouvait pas mieux correspondre à ce à quoi j’ai toujours aspiré et j’en suis fière.» La policière Julie Douce-Boobun se dit prête à relever les défis. Et elle compte bien combattre les différents fléaux et délits du quotidien et contribuer à y mettre un terme, avec le soutien de tous ses collègues de la Mauritius Police Force.

Présent hier à la cérémonie de confirmation des recrues, l’inspecteur Shiva Coothen est revenu sur le cas des policiers impliqués dans divers délits, dont de drogue. Il est catégorique. Les policiers n’hésiteront pas à arrêter leurs collègues si besoin est.

Woman Police Constable Julie Douce-Boobun.

«Nou pé swiv tou bann polisié ki siseptib inpliké dan sa bann zafer-la ek nou avan tou asir nou ki nou bann memb pa sonb dan sa bann kalité fléo-la.» Et d’insister que tous les moyens sont mis en oeuvre afin de s’assurer que la police mauricienne reste une instance «propre et intègre qui continue à inspirer confiance à la population».

Répondant à une question de la presse, l’inspecteur Coothen a fait valoir que lorsqu’un policier se retrouve mêlé à un quelconque cas, c’est à la justice de trancher. Le travail de la police étant de mener l’enquête. Il n’en démord pas. 99 % des policiers adhèrent aux principes de discipline, d’intégrité et de respect.

626 recrues confirmées

Outre les Women Police Constables Kritika Doomun-Sirputty et Julie Douce-Boobun, quelque 626 Temporary Police Constables, ont reçu leur lettre de confirmation hier, des mains de l’assistant commissaire de police, à l’auditorium Oh-San, à Vacoas. Ils avaient pour la plupart, à l’exception des deux femmes, intégré la police en 2015.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires