Rivière-Noire: les surcharges électriques embêtent les habitants

Avec le soutien de
À Tamarin quatre maisons ont été affectées par une surcharge électrique. Un bon nombre de réfrigérateurs et de téléviseurs ont pris un sale coup.

À Tamarin, quatre maisons ont été affectées par une surcharge électrique.

Deux villages, éloignés l’un de l’autre par plusieurs minutes de route, ont pourtant subi pratiquement un problème identique en mois d’une semaine.

À Tamarin où ont eu lieu les cas les plus récents, par chance ce ne sont que quatre familles qui ont été affectées par la surtension électrique, lundi. Une surtension qui, même après que les disjoncteurs aient sauté chez certains, a continué à alimenter les maisons en électricité. Aujourd’hui, les habitants de ces village se demandent quand et comment ils vont pouvoir être compensés.

Les dégâts sont conséquents dans les maisons, chez certains plus que chez d’autres. À Case-Noyale, Sweetie Lalouette s’en est plutôt bien sortie. C’est uniquement son téléviseur qui a pris le gros de la surcharge électrique.

«Chez moi c’est seulement la télévision qui a subi des dégâts. C’était un choc quand c’est arrivé», explique-t-elle. «Mais ma voisine, elle, a perdu beaucoup plus de choses. Machine à laver, réfrigérateur, téléviseur, tout a sauté dans sa maison le jour où le courant nous a surpris.»

Un bon nombre de réfrigérateurs et de téléviseurs ont pris un sale coup.

Toujours à Case-Noyale Shuba Mahadoj elle a été prévenue par ses voisins quand l’événement s'est produit.

«Normalement je regarde les séries télévisées à cette heure-là, mais j’avais des amis chez moi. Du coup je n’ai pas compris quand c’est arrivé. Mes voisins m’ont prévenue et c’est alors que j’ai remarqué ce qui est arrivé à mon réfrigérateur et ma bouilloire électrique», lance cette vielle dame.

À Tamarin, c’est le même constat, ce lundi, une décharge électrique à traversé les maisons. Plusieurs appareils d'électroménager ont été sévèrement endommagés.

«Il y aurait eu un risque s’il n’y avait personne à la maison. De la fumée est sortie de mon téléviseur, chez les voisins des ampoules ont sauté», lance Mariline Vencamah de Tamarin. «Heureusement que j’avais encore de la famille à la maison. Il y avait un risque d’incendie.»

Ce qui a fait peur aux habitants des deux villages, c’est que juste après la surtension, certaines des maisons sont restées alimentées en électricité. Alors que leurs appareils d'électroménager avaient rendu l’âme, il y avait encore des crépitements. Les habitants des deux villages ont néanmoins reçu très rapidement la visite de techniciens du Central Electricity Board (CEB) qui ont remédier à la situation. Des inspecteurs ont même procédé a une estimation des dégâts subis.

«Les inspecteurs sont venus et nous ont dit que si nous arrivons à faire réparer nos appareils de garder les reçus et de les remettre au bureau du CEB ensuite», ajoute pour sa part Jessica Vadamalay. «Ce que l’on veut savoir c’est combien de temps cela prendra.»

Les habitants des deux villages prennent actuellement leur mal en patience mais ces incidents ont eu lieu le 14 mars à Case-Noyale et le 19 mars à Tamarin. Depuis, certains sont toujours sans réfrigérateurs, d’autres ont pu emprunter un appareil avec des membres de la famille ou ont pu faire les réparations nécessaires. Cela n’est pourtant pas sans problème, vu que l’on a dû se débarrasser d’aliments qui ont fini dans des sacs poubelles remplis à ras bord. «Nous attendons d’avoir des réponses claires du CEB pour savoir combien de temps nous allons encore attendre. C’est tout ce que nous voulons savoir», explique Mariline Vencamah.

Un mail a été adressé au CEB pour avoir des renseignements sur le temps d’attente et l’origine du problème. Nous les attendions encore jusqu’à l’heure où nous mettions sous presse.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires