Éboulis à Ripailles: des travaux débuteront en mai

Avec le soutien de
Le premier éboulis a été noté non loin du rond-point de Ripailles, le 9 janvier. Et le second le lendemain.

Le premier éboulis a été noté non loin du rond-point de Ripailles, le 9 janvier. Et le second le lendemain.

Enlever la terre instable, faire baisser le niveau de la nappe d’eau en utilisant des drains subhorizontaux et effectuer le reprofilage des pentes… Ces travaux de réhabilitation seront effectués à Ripailles, sur la route Terre-Rouge–Verdun, en direction du Nord, à partir du mois de mai. C’est ce qu’affirme une source à la Road Development Authority (RDA).

Ces réparations auront lieu après que des études du sol auront été réalisées et après que des solutions de conception auront été trouvées. L’objectif étant de sécuriser deux zones de la route construite en 2014, qui ont été sujettes à des éboulis, suite aux averses en janvier et après le récent passage du cyclone Berguitta.

Le premier éboulis a été noté à 400 mètres du rond-point de Ripailles, le 9 janvier, et le second à 475 mètres, le lendemain.

Il nous revient que la RDA a lancé un appel d’offres pour des travaux d’urgence auprès de plusieurs entrepreneurs locaux ayant une expérience dans des travaux similaires. Ils ont été invités à envoyer leur meilleure proposition sur une base de conception et de construction (design and build). L’exercice est en cours. Ces travaux s’étaleront sur environ neuf mois.

Quid du coût ? Notre source affirme qu’il sera déterminé après la procédure d’appel d’offres public. En attendant qu’un soumissionnaire soit retenu pour le début des travaux, une déviation en direction du Sud a été ouverte, pour contourner les deux voies du Nord.

Le tronçon Ripailles-Valton est complètement fermé à la circulation le soir, de 20 heures à 6 heures du matin.

Le professeur Magnan attendu en avril

Serait-ce la fin d’une attente de trois ans concernant les réparations à effectuer sur le tronçon affaissé de Ripailles-Valton ? Il s’avère que le professeur Jean-Pierre Magnan, spécialiste géotechnique, est attendu le mois prochain, avec le design des pilotis qu’il devra remettre aux autorités.

Le pilotis est privilégié pour la stabilité des pentes et celle du remblai. La structure est en cours de réalisation au centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema), une organisation française qui travaille de concert avec le Professeur Jean-Pierre Magnan.

Les autorités espèrent que les pilotis vont renforcer la zone de défaillance. C’est le 16 janvier que le géotechnicien a été dépêché dans l’île pour être au chevet de ce tronçon. Son premier constat a été celui d’«une situation compliquée».

Lors de sa visite de trois jours, il a analysé tous les rapports soumis par les consultants étrangers, notamment Egis International, KEC, ARQ Consulting Engineers, et devait aussi de son côté soumettre un rapport.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires