Affaire Sobrinho: une pétition lancée pour réclamer une commission d’enquête

Avec le soutien de
Les pétitionnaires veulent connaître les liens entre l’homme d’affaires angolais Álvaro Sobrinho et les politiciens locaux.

Les pétitionnaires veulent connaître les liens entre l’homme d’affaires angolais Álvaro Sobrinho et les politiciens locaux.

La démarche est politique. Le mouvement Nou Repiblik a lancé une pétition, soutenue par la plateforme change.org, sur les réseaux sociaux en vue d’obtenir des votes en faveur de la mise sur pied d’une commission d’enquête sur toute l’affaire Álvaro Sobrinho

À 7 heures, ce jeudi 22 mars, ceux ayant lancé la pétition avait récolté plus de 900 signatures en ligne. «Le nombre de signatures recueillies jusqu’à présent démontre qu’il y a un intérêt autour de la question», déclare Nilen Vencadasmy, un des co-fondateurs du mouvement Nou Repiblik. 

Pourquoi une telle démarche ? «Ce n’est pas possible que la présidente et le Premier ministre aient pu ainsi mettre à mal la stabilité du pays sans que la population ne soit informée des circonstances réelles qui ont provoqué cette crise constitutionnelle», peut-on lire dans la pétition.

Les membres de Nou Repiblik avancent également que la population a le droit de connaître les liens entre l’homme d’affaires angolais Álvaro Sobrinho et les politiciens locaux. D’autant plus, disent-ils dans la pétition, que «jusqu’à présent, les informations concernant Álvaro Sobrinho associent le personnage à un vaste scandale financier que ses soutiens politiques à Maurice ont tenté de minimiser».

Une plateforme pour les citoyens

Pour Nilen Vencadasmy, les citoyens n’ont pas vraiment une plateforme pour réclamer cette commission d’enquête. Et «cette pétition leur donne l’occasion de se manifester. Il y a trop d’éléments inquiétants. On ne peut pas fermer les yeux en se disant simplement que la présidente de la République a démissionné de son poste», avance-t-il. 

Prochaine étape pour le mouvement Nou Repiblik : déposer la pétition au Prime Minister’s Office (PMO) le lundi 26 mars, c’est-à-dire à la veille de la rentrée parlementaire. «Nous voulons que le Premier ministre réclame une commission d’enquête sur toute cette affaire afin de faire la lumière sur les allégations d’avantages qu’aurait perçus Alvaro Sobrinho pour obtenir ses permis à Maurice», souligne Nilen Vencadasmy. 

Publicité
Publicité

Un nouveau scandale défraie la chronique depuis le mercredi 28 février à Maurice. Cette fois-ci cela concerne ni plus ni moins la garante de notre Constitution, son excellence Ameenah Gurib-Fakim, présidente de la République. Elle a dépensé plusieurs centaines de milliers de roupies pour des achats personnels, entre autres, sur une carte de crédit Platinum offerte par la Planet Earth Institute, la fondation d’Álvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais hautement controversé. Retrouvez tous les articles concernant cette affaire dans notre dossier spécial : Platinum Card. Une enquête exclusive de l’express.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires