Il y a 36 ans, le 20 mars 1982: Sylvio Suntoo et Patricia Muttur meurent lors d’un raid policier

Avec le soutien de

Ce 20 mars 1982, les habitants du quartier de Plaisance dans la banlieue de Rose-Hill sont réveillés par une animation inhabituelle. Bien avant l’aube, plus de 200 policiers appartenant à différentes ont pris place à la rue Ratsitatane pour encercler une maison. L’opération est organisée dans le cadre de l’enquête en cours suite à un hold-up perpétré un mois plus tôt devant le siège du Central Electricity Board (CEB) à Curepipe. Lors de ce braquage, les voleurs avaient abattu un policier d’une balle dans la tête et avaient emporte plus de Rs 680 000.    

Sylvio Suntoo un habitant de Plaisance connu des services de police était soupçonné d’être l’auteur du délit. Ayant reçu des informations à l’effet que Suntoo était dans une maison à Rose-Hill, l’opération  Sunray est montée.

Vers 2h30 du matin, une cinquantaine de policiers armés de fusils encerclent la maison occupée par Suntoo et sa petite amie Patricia Muttur ainsi que par un autre couple : les Robertson. Des habitants de la Rue Ratsitatane racontent avoir entendu vers 5h30 du matin, un policier, utilisant un mégaphone, demander à Suntoo de  se rendre. Puis, ce sont plusieurs détonations qui réveillent tout le quartier. Du gaz lacrymogène est utilisé et des coups de feu sont échangés. Les Robertson quittent la maisonnette. Le mari blessé par balles à l’abdomen et à l’épaule est transporté à l’hôpital. La femme est retenue.

 A 6h05, la nouvelle tombe : il y a deux morts dans la maison. Le commando composé d’une dizaine de policiers, munis de masque à gaz, qui est intervenu dans la maison quitte les lieux. Plus tard, le Commissaire de police Rajarai, son adjoint Juggernauth et le responsable de la Central Investigation Division, Ecosse Marcel viennent rejoindre les autres policiers restés place. 

La rapidité de l’opération et la grande quantité de gaz utilisée lors de l’opération Sunray marquent les esprits. Les enquêteurs et les médecins-légistes ne peuvent pénétrer la maison. Ils suffoquent sous les effets de l’épaisse fumée de gaz lacrymogène qui remplit la maison. Vers 12h30, des ventilateurs sont utilisés comme extracteurs d’air.

Finalement c’est à 15h07 que les éléments de la force policière parviennent à extraire de la maison toujours envahie par le gaz, les cadavres de Sylvio Suntoo, 27 ans et de Patricia Muttur, 16 ans. Cette dernière est la fille d’un ex-proche compagnon de Paul Bérenger, feu Fareed Muttur, décédé dans un accident de voiture quelques années auparavant. Les défunts avaient reçu des balles à la tête. La police dans son communiqué affirme qu’ils s’étaient suicidés.

Les méthodes utilisées par les policiers lors des raids dans le cadre de l’enquête relative au hold-up du CEB sont diversement commentées. Elles ont fait des victimes innocentes. L’une d’elles Clifford Esther avait rien à voir avec le braquage. Âgé de 20 ans, alors, il avait été blessé d’une balle tirée dans sa bouche par un policier. Aujourd’hui encore, paralysé, il réclame justice.

En 1990, on a su que Suntoo n’était pas lié au hold-up du CEB. Une enquête dans un autre braquage a conduit aux véritables auteurs du hold-up de Curepipe. Ils venaient de Port-Louis. Deux d’entre eux ont été condamnés alors qu’un troisième qui avait émigré en Suisse n’a jamais été retracé.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires