Comité de soutien à la présidente: «Pa alé madam!»

Avec le soutien de
Des travailleurs sociaux, dont Salim Muthy, étaient face à la presse, ce jeudi 15 mars.

Des travailleurs sociaux, dont Salim Muthy, étaient face à la presse, ce jeudi 15 mars.

Il se pose une question. «On demande à la présidente de démissionner pour sauvegarder la réputation de l’État. Mais qu’en est-il de ces députés et ministres impliqués dans divers scandales?» Pour Salim Muthy, le gouvernement est embarrassé par l’affaire Platinum Card. «Il est clair que des politiciens ont eux aussi bénéficié des largessses d’Álvaro Sobrinho», allègue-t-il.

«Madam-la pa enn inbésil. Li’nn konn fébless Prémié minis é sa gouvernman-la.»

Raison pour laquelle il demande à la présidente de ne pas démissionner. «Pa alé madam! Resté ziska ou manda fini», a lancé Salim Muthy, aux côtés de plusieurs travailleurs sociaux, face à la presse ce jeudi 15 mars. «Madam-la pa enn inbésil. Li’nn konn fébless Prémié minis é sa gouvernman-la.»

Salim Muthy fait ressortir qu’Ameenah Gurib-Fakim n’a pas fauté. «Li pa’nn met lamé dan lakess.» D’ailleurs, dit-il, au vu du communiqué de Planet Earth Institute qui explique que la présidente de la République a remboursé tout l’argent qu’elle a utilisé «par inadvertance», il ne comprend pas toute la polémique.

«Si le tribunal conclut qu’elle a fauté, qu’elle démissionne. Mais si elle n’a pas fauté, Pravind Jugnauth doit démissionner.»

Soulignant l’hypocrisie des politiciens et notamment de l’opposition, il a exhorté Ameenah Gurib-Fakim à défendre son honneur devant le tribunal. «Si le Premier ministre veut présenter une motion de destitution, qu’il le fasse. Qu’un tribunal soit institué. Présidé par un juge totalement.»

Selon le travailleur social, il faut qu’une commission d’enquête soit institué sur Álvaro Sobrinho. De lancer, dans la foulée, une mise en garde. «Certains à la Barclays Bank ont un château en Espagne. Mo donn zot warning, fer atansion, mo lor zot la piste.» Il a également déclaré que d’ici peu il dévoilerait le nom d’un ministre qui aurait envoyé une grande quantité d’argent en Espagne.

Les autres participants ont également insisté sur le fait que la présidente de la République ne doit pas démissionner. «Les politiciens sont en train de la dénigrer alors qu’ils n’ont aucune preuve contre elle.» De se demander si tout ce ramdam ne serait pas dû, en réalité, à une crise entre le MSM et le ML. «Nous voulons connaître la vérité.»

Les travailleurs sociaux estiment qu’un tribunal doit être mis sur pied, comme le prévoit la Constitution. «Si le tribunal conclut qu’elle a fauté, qu’elle démissionne. Mais si elle n’a pas fauté, Pravind Jugnauth doit démissionner.»

Pour eux, c’est l’intérêt du pays qui doit primer avant tout. «Fodé éna enn tribunal mem pou lavérité éklaté. Si elle démissionne, ce sera business as usual. Il n’y aura pas d’enquête. Pa pou koné si éna lot dimounn dan exécutif ki inpliké.»

Publicité
Publicité

Un nouveau scandale défraie la chronique depuis le mercredi 28 février à Maurice. Cette fois-ci cela concerne ni plus ni moins la garante de notre Constitution, son excellence Ameenah Gurib-Fakim, présidente de la République. Elle a dépensé plusieurs centaines de milliers de roupies pour des achats personnels, entre autres, sur une carte de crédit Platinum offerte par la Planet Earth Institute, la fondation d’Álvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais hautement controversé. Retrouvez tous les articles concernant cette affaire dans notre dossier spécial : Platinum Card. Une enquête exclusive de l’express.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires