Communiqué de la présidente: le trou de mémoire d’Ameenah Gurib-Fakim

Avec le soutien de
En l’espace de 24 heures, la présidente de la République a changé de refrain.

En l’espace de 24 heures, la présidente de la République a changé de refrain.

Which is which ? Dans son communiqué, hier, mercredi 14 mars, la présidente de la République écrit noir sur blanc :  «Son excellence Mme Ameenah Gurib-Fakim n’est pas invitée à s’expliquer ou à donner son point de vue sur l’affaire par le quotidien», en faisant référence à l’express qui a dévoilé l’affaire Platinum Card

Changement de refrain ce jeudi 15 mars. Après avoir pris connaissance du communiqué du groupe La Sentinelle, le bureau de la présidente écrit ceci sur sa page Facebook : «The Journalist did contact the Office, however the date mentioned below is incorrect. Clarifications were sought from the office and the President at 21 02 hrs on Thursday 01 March. The Article with the bank statements came out the next morning.» En se trompant sur la date de la publication de l’article, qui est paru dans l’édition de l’express du mercredi 28 février.

Nous rappelons au bon souvenir de la présidente que nous avons pris contact avec elle le 27 février. La veille de la publication de l’article, l’express envoie un mail sur son compte personnel et sur celui de la présidence pour «l’inviter à s’expliquer».

Le lendemain, nous lui renvoyons un mail, ainsi qu’un message WhatsApp, et nous nous lui envoyons même un tweet pour qu’elle ait l’occasion de se défendre.

Le 1er mars, nous essayons de lui parler à la réception des lauréats, à la State House. Le 7 mars, deux journalistes de l’express lui demandant des explications... en vain.

Madame la présidente avait promis de répondre à toutes nos questions une fois les documents authentifiés. D’ailleurs, elle a, elle-même, authentifié les documents. Pourquoi dire que nous ne l’avons «pas invitée à s’expliquer ou à donner son point de vue sur l’affaire» ? Serait-ce donc «par inadvertance» ?

Publicité
Publicité

Un nouveau scandale défraie la chronique depuis le mercredi 28 février à Maurice. Cette fois-ci cela concerne ni plus ni moins la garante de notre Constitution, son excellence Ameenah Gurib-Fakim, présidente de la République. Elle a dépensé plusieurs centaines de milliers de roupies pour des achats personnels, entre autres, sur une carte de crédit Platinum offerte par la Planet Earth Institute, la fondation d’Álvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais hautement controversé. Retrouvez tous les articles concernant cette affaire dans notre dossier spécial : Platinum Card. Une enquête exclusive de l’express.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires