Affaire Bal Kouler: «Je n’ai jamais sollicité de pot-de-vin…» dit Raj Dayal

Avec le soutien de
Le procès intenté à Raj Dayal a été appelée, ce mercredi 14 mars, devant la cour intermédiaire.

Le procès intenté à Raj Dayal a été appelée, ce mercredi 14 mars, devant la cour intermédiaire.  

L’ancien ministre de l’Environnement affirme avoir eu «une conduite irréprochable jusqu’ici». Et qu’il «n’a jamais sollicité de pot-de-vin du public». C’était en cour intermédiaire, ce mercredi 14 mars. La défense de Raj Dayal était attendue dans le cadre du procès en réclamation de dommages de Rs 50 000 intenté par Patrick Soobhany, dans le sillage de l’affaire Bal Kouler. 

Par le biais de son avoué, Me Pazany Thandarayan, Raj Dayal concède dans un document présenté en Cour «qu’il y a eu une réunion, le 22 mars 2016». D’insister, toutefois : «Je n’ai jamais agi de sorte à solliciter de l’argent ou un pot-de-vin de quiconque. C’est le plaignant qui a mal interprété mes propos.»

L’ex-ministre avoue également s’être rendu au quartier général de la commission anticorruption et d’avoir fait une déclaration à la presse le 15 avril 2016. Il dément toutefois avoir diffamé Patrick Soobhany. 

Qui plus est, Raj Dayal soutient qu’il ne savait pas que Patrick Soobhany était un homme d’affaires réputé impliqué dans des projets immobiliers à Maurice. «Je ne suis pas au courant que le plaignant est une personne qui jouit d’une bonne réputation. Je lui demande d’en apporter des preuves.» 

Propos diffamatoires

Représenté par Me Yousuf Mohamed, Senior Counsel, et Me Pazhany Rangasamy, l’homme d’affaires allègue que le député du n°9, Flacq–Bon-Accueil, a tenu des propos diffamatoires à son encontre. Il indique que l’ancien ministre de l’Environnement a voulu faire croire qu’il est sous le coup d’une arrestation et qu’il est recherché par Interpol. Les allégations de l’ex-ministre, dit Patrick Soobhany, sont fausses, malicieuses et dénuées de tout fondement.

Le plaignant avait, pour rappel, allégué que Raj Dayal, alors ministre de l’Environnement, lui avait réclamé un pot-de-vin en 2016. Selon le plaignant, le député du n°9 lui aurait dit d’acheter «50 bal kouler» afin qu'il puisse les distribuer dans sa circonscription, en vue de la célébration de la fête Holi. 

Publicité
Publicité

Cela fait désormais plus d’un an que l’affaire Bal Kouler, dans laquelle est impliqué l’ancien ministre de l'Environnement, a éclaté au grand jour. Et les développements ne cessent de se succéder en cour et cette affaire continue à susciter l’intérêt…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires