Flacq: L’état de l’hôpital se détériore d’année en année

Avec le soutien de
L’état de l’hôpital de Flacq inquiète plus d’un. Depuis six mois, le personnel attire l’attention du ministère.

L’état de l’hôpital de Flacq inquiète plus d’un. Depuis six mois, le personnel attire l’attention du ministère.

L’hôpital de Flacq a plus d’une fois fait parler de lui. Au fil des ans, il a accumulé pas mal de plaintes pour négligence médicale soupçonnée et le délabrement dans lequel il se trouve.

Les fonctionnaires qui ont été dépêchés sur les lieux pour un constat, sur une base hebdomadaire, en ont plus qu’assez. Ils expliquent, sous le couvert de l’anonymat, que c’est une situation qui perdure depuis des années déjà mais qu’elle s’est aggravée depuis quelques mois. «Cela fait six mois que nous ne cessons de faire des démarches auprès du ministère en question, sans résultat », soulignent-ils.

Les langues des membres du personnel soignant se délient aussi. Ils expliquent notamment qu’ils ne peuvent travailler dans de telles conditions. «Kan lekipma kasé, zot pa rod ramplasé. Ki zot lé nou fer, tir kas depi dan nou pos ?», avance un des employés questionnés sur place. De plus, ils disent que souvent, il manque des draps ou d’autres choses. «Nou isi nou pa dakor, mo pansé ki minister bizin revwar tousala.»

Durant la semaine écroulée, des photos ont été prises à des endroits spécifiques dans l’enceinte même du bâtiment. Sur celles-ci, on peut voir plusieurs béquilles, de l'électroménager usé notamment. On se demande si, à la longue, cela ne serait pas néfaste pour la santé même du patient.

«Nous savons tous que les appareils produisent des gaz. Pour les personnes malades, cela ne comporte-t-il pas de risque ?» De plus, ce que veulent savoir ces personnes qui ont tiré la sonnette d’alarme, c’est si les équipements défectueux et laissés à l’abandon ont été remplacés par le ministère.

Des patients, eux, questionnés, sont pour la plupart sur la même longueur d’onde. Et souhaitent que le ministère prenne enfin une bonne décision pour le bien-être des habitants de l’Est. «La plipar dokter fer bien isi, zis mank kitsoz dan sa lopital la. Des fwa ou pa gagn tretman, bizin al ziska Candos. Nu fer enn apel pou ki gouvernma get nou ousi inpé», indiquent-ils.

Interrogé, un cadre du ministère de la Santé affirme avoir pris bonne note des critiques formulées par les fonctionnaires et le personnel soignant de l’hôpital  et précise qu’une enquête sera diligentée.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires